Articles

Vivre Ensemble

Le communautarisme est une immense faillite

Print Friendly

Jacques Julliard est un journaliste et essayiste français, historien de formation et ancien responsable syndical ; éditorialiste du Nouvel Observateur durant 32 ans, il est ensuite passé à Marianne.

♦ Les attentats de Bruxelles ont-ils sonné le glas du communautarisme? Ce serait trop beau. Certes, la preuve par Molenbeek et Schaerbeek a été apportée qu’à laisser se constituer des ghettos ethniques au cœur des cités, on joue notre liberté et notre sécurité à la roulette russe, ou plutôt islamiste.

Mais la culture de l’excuse a encore de beaux jours devant elle.


Quand on ne trouve à l’action des terroristes que des mobiles légitimes, tels que la frustration, le refus de la discrimination et des fractures sociales, le désir de «socialisation» (sic), sans parler du « contexte international », on n’est pas très loin de leur donner raison (ainsi Corinne Torrekens, directrice de DiverCity, un groupe de conseil en sciences sociales et politiques lié à l’Université libre de Bruxelles, Libération, 24-03-2016).

Il faudra encore beaucoup de crimes et de souffrances pour que l’on admette que le « vivre ensemble », cette expression inepte, indécente, derrière laquelle on camoufle l’apartheid des cultures, n’est qu’une blague, une blague sanglante. Nos sociétés sont multiculturelles et sont vouées à le devenir un peu plus chaque jour. La rapidité, le bon marché des transports, les énormes écarts de prospérité entre les nations font que les pays riches d’Europe et d’Amérique sont en train de devenir des mosaïques ethniques, tandis que les pays pauvres conservent pour l’essentiel leur identité. Pour les pays d’accueil, le communautarisme est une solution de facilité et une marque de candeur extrême. Pour permettre au migrant de « conserver ses racines », on somme le pays d’accueil de renoncer aux siennes, ce que les populations locales n’acceptent pas ; elles ont l’impression d’être déracinées sur leur propre sol.

Ajoutez à cela un phénomène nouveau, qui est la marque propre de l’islamisme, et qui contraste avec l’immigration du passé : la détestation du pays hôte. Le résultat, c’est ce cocktail détonant qui est en train de gagner toute l’Europe et que l’on appelle sommairement le populisme. Le communautarisme, c’est-à-dire la juxtaposition sur un même territoire de communautés différentes par l’origine géographique, la langue, la religion, l’histoire, la culture, la philosophie, est une immense faillite. L’Europe, si le phénomène devait persister, ne lui survivrait pas. L’Allemagne, les Pays-Bas, les pays scandinaves l’ont reconnu depuis peu. La Belgique, le Royaume-Uni ne tarderont pas à le faire. Nos nations multiculturelles sont donc devant une alternative brutale, sans échappatoire: intégration ou guerre civile. Seule la version universelle de l’humanisme, héritée de la chrétienté, des Lumières et de la Révolution française, nous permettra d’échapper à ce désastre.

Jacques Julliard
3/04/2016

Sources : Le carnet de Jacques Julliard, FigaroVox,
et LaFautearousseau

Note de la rédaction :

Nous joignons à cette excellente chronique de Jacques Julliard une note isolée, mais pertinente, qui nous vient du Québec et qui pourrait apporter quelques lumières à nos élites embarrassées dans leur crise des migrants.
Polémia remercie son auteur et le lecteur la trouvera ci-après :

« D’un correspondant québecois

Corps du message

SOURIEZ, VOUS ÊTES TUES (Causeur)

J’habite au Québec. Il y a quelque temps de cela, une juriste d’ici relatait l’entretien qu’elle avait eu, à l’occasion d’un colloque quelconque, avec une collègue française au sujet de l’immigration. Au fil de la conversation, ma compatriote mentionne qu’ici, nous choisissons nos immigrants : les candidats doivent, entre autres, avoir un niveau de scolarité suffisant pour être éventuellement employables. C’est tout juste si la juriste française ne l’a pas traitée de fasciste.
C’est en cela que consiste la principale différence : la France se veut une terre d’accueil et elle ne refuse personne. Mais après cela, bonne chance pour vous faire une place dans le marché du travail et être un citoyen à part entière. Je ne dis pas que chez nous il n’y ait pas de chômage parmi les Maghrébins (pour ne parler que d’eux) établis ici ; mais nous n’avons pas de banlieues remplies de jeunes désœuvrés comme dans certains pays d’Europe.»

Correspondance Polémia – 5/04/2016

Image : « Vivre ensemble » ?