Articles

Le Bréviaire d’un insoumis: décolonisez notre imaginaire numérique !

Le Bréviaire d’un insoumis: décolonisez notre imaginaire numérique !

Print Friendly

Entretien mené par Polémia avec Le Bréviaire d’un insoumis

♦ « A une époque en pleine perte de repères, où la laideur et la vulgarité deviennent la norme, où tout se vaut, nous avons choisi de mener le combat culturel en nous efforçant de réintroduire du Beau dans la vie quotidienne de nos lecteurs ».

Sur Facebook, il y a le pire (le narcissisme exhibitionniste) et le meilleur (la beauté du monde en images). Nous présentons ici le « Bréviaire d’un insoumis » : une communauté qui a placé la notion d’esthétique au cœur de son travail et qui publie des visuels qui parlent au cœur. A découvrir sans délai.
Jean-Yves Le Gallou.


Polémia :

Vous animez depuis bientôt un an la communauté Facebook « Le Bréviaire d’un insoumis ». Pourquoi avoir choisi ce nom, quelle est votre démarche et quel est l’objectif poursuivi par ce projet ?

Le Bréviaire d’un insoumis :

Je crois aux qualités des Européens… à leur individualité agissante…

Je crois aux qualités des Européens… à leur individualité agissante…

Le 21 mai 2013, Dominique Venner, écrivain et directeur de la Nouvelle Revue d’histoire se donnait la mort en la cathédrale Notre-Dame de Paris. Par son sacrifice volontaire, il entendait réveiller les consciences européennes endormies face aux périls mortels de la perte de racines et du Grand Remplacement de population qui frappent notre continent. A la lancinante question « Que faire ? » pour que ce geste héroïque – au sens antique du terme – ne reste pas lettre morte, c’est la sortie de son ouvrage posthume Un Samouraï d’Occident, le Bréviaire des insoumis qui nous a donné des éléments de réponse : tenir notre propre bréviaire numérique, suivant ainsi les conseils pratiques donnés dans les toutes dernières pages de son livre.

La notion d’esthétique au cœur de notre travail.

Au terme d’une réflexion et d’une période de maturation de plusieurs mois, après avoir relu les ouvrages majeurs de Dominique4 gardienne flamme Venner, nous avons commencé à publier à la veille du Solstice d’hiver, plaçant la notion d’esthétique au cœur de notre travail. A une époque en pleine perte de repères, où la laideur et la vulgarité deviennent la norme, où tout se vaut, nous avons choisi de mener le combat culturel en nous efforçant de réintroduire du Beau dans la vie quotidienne de nos lecteurs, adoptant Internet comme support de diffusion et les réseaux sociaux comme théâtre d’opérations.

Des visuels qui parlent au cœur

Le format du Bréviaire d’un insoumis est simple : des visuels qui parlent aux cœurs plutôt que des longs discours, agrémentés d’une maxime courte mais 5 excellenceévocatrice. Nous fonctionnons par séries récurrentes, traduisant notamment en image la Triade homérienne « La nature comme socle » / « L’excellence comme but » / « La beauté comme horizon ». Les thématiques abordées sont multiples, aux frontières de l’art, de la culture, de l’histoire et de la spiritualité : « L’Europe est ma Patrie », illustrant les richesses de notre patrimoine commun ; « Construire sa citadelle intérieure », insistant sur l’importance fondamentale de la lecture, « Mystique d’abord ! » ou encore « La mémoire dans la peau », anthologie du tatouage identitaire…

Autant d’invitations à défendre et promouvoir l’Europe toujours verte – Europa Sempervirens –, à se réenraciner et à se recentrer en décolonisant notre imaginaire par la découverte ou la redécouverte des fondements de notre identité et de ses spécificités. Dans une dynamique de réappropriation et de transmission de notre héritage, en cohérence avec les projets déjà développés dans cette optique autour de nous, en particulier avec l’institut Iliade pour la longue Mémoire européenne dont nous partageons les valeurs, la vision du monde, et dont nous avons rejoint les rangs.

Le Bréviaire d’un insoumis
7/11/2014

Source : Le Bréviaire d’un insoumis

Correspondance Polémia – 12/11/2014

Image : « La nature aime à se cacher » Héraclite