Articles

a victoire est à portée de main mais à certaines conditions

La victoire est à portée de main mais à certaines conditions

Print Friendly

Tribune libre de Guillaume de Thieulloy

La loi Taubira a donc été votée. Ce vote me laisse sur un double sentiment et une certitude : un sentiment d’amertume et de détermination et la certitude que la victoire est, malgré tout, à portée de la main… à la condition d’en prendre les moyens.


Un sentiment d’amertume, tout d’abord. Amertume, naturellement, devant le mépris du gouvernement pour le mouvement populaire le plus massif des dernières décennies. Amertume de voir toute cette fabuleuse énergie militante dépensée en pure perte – en apparence, du moins (car, comme disait le grand Charette : « Rien ne perd, jamais »). Amertume aussi de voir toutes les victoires sémantiques et politiques engrangées par le lobby LGBT, très largement par notre faute. C’est ainsi, par exemple, que tout notre mouvement a été conduit dans l’impasse du « contrat d’union civile ». Désormais, nous faisons (ou d’autres font en notre nom, peu importe) campagne pour ce « CUC », dont la majeure partie d’entre nous ne voulait pas, voici à peine 6 mois. Je sais bien que, dans la loi Taubira, le plus grave réside dans le droit des enfants qui sera violé avant même leur conception. Mais je ne comprends pas pourquoi nous nous sommes fourvoyés dans cette voie de proposition. Un mouvement populaire est là pour dénoncer, pas pour proposer. Que les parlementaires proposent des solutions, c’est leur rôle. Le nôtre était de dire que nous refusions la loi Taubira, pas d’avaliser sans combattre une nouvelle étape de la déstructuration de la famille. Presque seule, Christine Boutin a eu le courage de dénoncer cette impasse, mais je suis intimement persuadé que son avertissement rejoint les préoccupations de nombreux manifestants.

L’autre grande victoire sémantique du lobby tient à la validation du concept révolutionnaire d’homophobie. Chacun sait, ou sent confusément, que ce concept ne veut rigoureusement rien dire (étymologiquement, cela signifie la peur du même et, que je sache, le semblable ne suscite guère la peur). Dans la pratique, ce concept flou – qui, par un scandale sans nom, est devenu un délit, ce qui ouvre la voie à une justice totalement arbitraire (et, au stade où se trouve l’Etat de droit, en France, cela n’est pas tout à fait un fantasme lointain…) – sert à l’extrême gauche et à des lobbies ultra-minoritaires à terroriser la majorité. Mme Bertinotti nous l’a dit de la façon la plus nette : refuser le « mariage » gay, c’est être homophobe, c’est-à-dire avoir un comportement délictueux ! La même « justice » qui considère que des incendiaires de voitures sont de braves petits injustement rejetés par une société répressive, qui s’amusent innocemment, considère donc que défendre le mariage entre un homme et une femme est un délit ! Et, en faisant mine de défiler « contre l’homophobie », nous avons donné une apparence de crédibilité à ce monstre juridique. Oui, ce vote laisse un goût amer dans la bouche.

Cela étant, mon caractère ne porte guère à ruminer mes échecs, nos échecs communs. Mon deuxième sentiment, après ce vote funeste, est de détermination. Le combat n’est pas fini ; il change simplement de nature. Tandis que le lobby LGBT a instantanément lancé, à grand fracas, son propre combat pour offrir l’assistance médicale à la procréation (remboursée par nos cotisations à une Sécu exsangue, qui dérembourse, dans le même temps, des dizaines de médicaments !) pour les couples de lesbiennes (avant la GPA pour les couples d’hommes) – et, avec beaucoup plus de discrétion, le combat pour obtenir le mariage religieux, comme l’avait déclaré Christophe Girard, maire du IVe arrondissement de Paris, à l’automne dernier –, nous devons prendre la mesure de ce que signifie notre slogan : nous ne lâcherons rien.

« Le combat n’est pas fini ; il change simplement de nature. »

Cela signifie concrètement que, dès maintenant, nous devons exiger l’abrogation de la loi Taubira à la prochaine occasion. Il est hors de question de recommencer les erreurs du PaCS, où, après avoir obtenu un vote quasi unanime de la droite contre ce texte, nous sommes arrivés à une situation où même les opposants qui demeurent n’osent plus dire qu’ils étaient opposés – alors même que le débat d’aujourd’hui montre à quel point nous avions raison de mener ce combat, ne serait-ce que pour dénoncer les mensonges des ministres nous assenant qu’il n’était évidemment pas question de mariage, ni moins encore d’adoption. On peut toujours dire, la main sur le cœur, que Jérôme Cahuzac est un cas isolé. La vérité, c’est que tous les ministres socialistes doivent être, a priori, suspectés de mensonge, puisque aucun n’a voulu se désolidariser de ce mensonge d’Etat.

Nous devons donc obtenir au plus vite des engagements précis, publics et solennels des différents partis d’opposition sur leur ferme volonté d’abroger cette loi inique.

Et, pour montrer que nous ne lâcherons rien, il est évident que nous devons, dès les municipales de 2014, montrer aux élus que, désormais, ils rendront des comptes – ce qui signifie, en particulier, faire battre les élus qui ont fait passer cette loi.

Non, le combat n’est pas fini et notre détermination reste intacte.

Au demeurant, la victoire finale est à portée de mains. Le pouvoir est fortement ébranlé, pour des raisons qui tiennent à notre mouvement et des raisons extérieures. Les raisons extérieures relèvent du discrédit profond dans lequel sont tombés François Hollande et tout son gouvernement avec lui. L’affaire Cahuzac, le désastre économique et social, les scandales qui touchent la chancellerie (qui, après avoir accueilli à sa tête une indépendantiste, condamnée par la justice qu’elle est censée incarner, qui restera dans nos annales comme l’un des ministres les plus fanatiquement hostiles à l’être historique de la France, s’est maintes fois déclarée en faveur de la trop fameuse culture de l’excuse, vient désormais de montrer, avec le scandale dit du « mur des cons », quel sens il fallait donner à l’impartialité de la justice…) laisseront des traces durables.

Toute la question est de savoir comment unir tous ces fronts. Personnellement, ce que j’entends dans cet énoncé sinistre de scandales et d’affaires, c’est que ceux qui sont censés nous représenter ne le font pas. Je ne vois qu’une seule façon de tirer les conclusions de cette réalité, sans tout casser (car je ne suis pas un adepte de la table rase) : réclamer qu’au-dessus de la démocratie représentative, il y ait une démocratie directe. Réclamer que le peuple puisse voter sur les sujets qui lui tiennent à cœur et que les parlementaires ne puissent pas détricoter les votes du peuple. C’est-à-dire, en droit, réclamer que le peuple puisse s’auto-saisir par un véritable référendum d’initiative populaire accessible ; je dis bien : véritable et accessible, c’est-à-dire un référendum qui ne puisse pas être soumis au veto parlementaire comme c’est le cas dans le texte de la réforme constitutionnelle de 2008, et accessible, c’est-à-dire qu’il soit réclamé non par 10% du corps électoral, chiffre parfaitement inatteignable, mais 1%, par exemple. Bien sûr, bon nombre de réformes idiotes en sortiront. Et alors ? Croit-on que les lois qui sortent du Parlement soient toutes empreintes de sagesse ?

Si notre mouvement veut peser en politique, plutôt que de menacer d’une improbable transformation en parti politique, il pourrait bien plutôt se transformer en Tea Party. Autant la place est prise pour les partis à droite, autant la place de la défense du peuple est cruellement vacante.

Quant aux raisons internes qui rendent notre victoire accessible, elles tiennent essentiellement à cette magnifique mobilisation. Il est clair que le gouvernement ne l’attendait pas. Il en est ébranlé, tous les échos que nous avons du côté de la majorité nous le montrent. Et il espère que cette mobilisation va se tarir au plus vite. Car, cela commence à se dire, les forces de l’ordre arrivent à saturation : comme, depuis des semaines, chaque mini-rassemblement de quelques dizaines de jeunes pacifiques est « encadré » par des dizaines de CRS, les quelques milliers de CRS que le ministère de l’Intérieur peut aligner sur le terrain sont presque tous dédiés à surveiller notre dangereux mouvement factieux ! D’après les informations qui filtrent du ministère de l’Intérieur, la fin mai constituerait le point de rupture. Ce qui veut dire que, si nous poursuivons nos rassemblements nombreux, divers, inattendus, au-delà de la grande manifestation du 26, le gouvernement ne pourra plus tenir. La grogne syndicale monte parmi les policiers et les CRS, non seulement du fait de cette sur-mobilisation (qui absorbe toutes les vacances et toutes les RTT des forces de l’ordre), mais aussi parce qu’on exige des CRS des choses qu’il n’est pas prévu qu’il fassent, comme matraquer ou gazer des jeunes filles pacifiques.

« Si notre mouvement veut peser en politique, plutôt que de menacer d’une improbable transformation en parti politique, il pourrait bien plutôt se transformer en Tea Party. Autant la place est prise pour les partis à droite, autant la place de la défense du peuple est cruellement vacante. »

Au passage, il faut noter que, si les CRS sont occupés à éviter nos mythiques « débordements violents », ils ne sont pas dans les banlieues. Ce qui peut signifier trois choses : soit un miracle est survenu, dont on a oublié de nous avertir, et lesdites banlieues sont devenues spontanément des zones de calme et de sérénité ; soit elles sont actuellement à feu et à sang et les médias comme le gouvernement détournent le regard ; soit elles sont calmes, parce que le pouvoir les a abandonnées aux mafias et aux prédicateurs extrémistes de l’islam radical. Ce qui est certain, en tout cas, c’est qu’actuellement, en France, la justice sert à amnistier les casseurs et à condamner les défenseurs pacifiques de la famille, tandis que les forces de l’ordre gazent les enfants et matraquent les jeunes filles, au lieu de mettre hors d’état de nuire les voyous.

Bref, la victoire est tout à fait possible. Aujourd’hui, dans quelques mois, ou dans quelques années. Mais il est certain que nous avons cassé l’un des moteurs les plus efficaces de la rhétorique du lobby LGBT, l’idée que le « sens de l’histoire » amène « inéluctablement » de nouvelles « conquêtes ». Non, rien n’est inéluctable. Notre mouvement l’a d’ores et déjà amplement démontré.

Cependant, la victoire n’est possible qu’à certaines conditions. Deux tentations se font jour. La première consiste à dire : puisque Frigide Barjot interdit la « manif pour tous » à Béatrice Bourges et à tous les manifestants plus « radicaux » qu’elle (ce qui fait beaucoup de monde !), puisqu’elle « balance » les militants du Printemps français à la police de Valls, puisqu’elle refuse de dénoncer les policiers provocateurs en civil et accable les malheureux qui, ayant cédé aux provocations, se retrouvent en garde à vue, puisqu’elle donne le micro à des trotskistes en le refusant aux parlementaires FN, nous n’avons plus rien à faire avec elle. J’avoue que j’ai été tenté par cette attitude. Pour deux raisons essentielles : d’abord, j’ai peu apprécié, dimanche dernier, les grandes déclarations d’amour au lobby LGBT (c’est tout différent de dire aux personnes homosexuelles qu’on les respecte et de demander un kiss in général) ; ensuite, je trouve que c’est une faute politique d’avoir accepté le principe de collaborer avec Manuel Gaz pour chasser les « violents » ; cela accrédite l’idée qu’il y a des violents dans notre mouvement, ce qui est faux : huer des ministres n’est pas une action violente, contrairement à ce que voudrait faire croire Najat Vallaud-Belkacem. Et cela banalise la violence, elle, bien réelle, du lobby LGBT (qui a tout de même menacé de mort Frigide Barjot et bien d’autres) et du pouvoir.

Malgré ces réserves graves, je crois qu’il faut rester au sein du mouvement et ne pas durcir les critiques contre Frigide Barjot (d’ailleurs, ces critiques valent aussi pour nous-mêmes, qui n’avons pas réussi à imposer le rapport de forces médiatique qui aurait évité ces dérives). « Sa » manifestation, c’est aussi « notre » manifestation : elle ne peut pas prétendre organiser une « manif pour tous » sans accueillir l’ensemble des militants qui réclament le retrait ou l’abrogation de la loi Taubira et non pas la « réécriture » de quelques articles en cas d’alternance comme le laisserait entendre désormais, après François Fillon, Jean-François Copé. Il est normal que la « manif pour tous » refuse d’assumer les actions plus musclées visant à huer les ministres, à faire de la résistance pacifique dans les sit-in des Veilleurs, ou à faire des collages d’affiches sur des liens symboliques du lobby LGBT. Mais il serait anormal qu’elle interdise à des militants, qui, pour être plus « radicaux », n’en sont pas moins parfaitement pacifiques (j’attends toujours que l’on nous prouve que les prétendues agressions homophobes de ces derniers jours aient quoi que ce soit à voir avec notre mouvement) de participer à ses manifestations nationales.

« Personnellement, je vois notre mouvement comme une flottille de porte-avions. »

La deuxième tentation consiste à dire : il n’y a pas de place à côté de la « manif pour tous » pour d’autres actions, ces actions divisent et nuisent à notre mouvement, etc. Je pense exactement le contraire. Toutes ces actions sont parfaitement complémentaires.

Personnellement, je vois notre mouvement comme une flottille de porte-avions : il y a le vaisseau amiral, qui est évidemment la « manif pour tous ». Ce porte-avions a une puissance de feu remarquable. C’est lui qui nous donne de la crédibilité (et il faut, bien sûr, en avoir de la reconnaissance pour Frigide Barjot, pour les AFC, pour Alliance Vita, et tous ceux à qui nous devons ce succès). Mais un porte-avions, ça a de l’inertie ; ça ne vire pas facilement. Il faut donc des mouvements plus insaisissables, qui mènent des actions ponctuelles, qui accroissent notre visibilité et oblige les ministres à rester dans leurs ministères ou à constater que le peuple réel n’est pas celui sur lequel ils comptaient.

Si nous nous considérons mutuellement comme complémentaires (ce qui ne signifie pas, évidemment, qu’il soit raisonnable de mettre de tout petits groupes sur le même plan que la « manif pour tous »), nous saturerons tellement l’espace médiatique et politique que le retrait de la loi Taubira pourrait bien arriver rapidement – et, en tout cas, il sera impossible aux partis de droite, en cas d’alternance, d’ignorer la force que nous représentons. Mais, si nous nous battons entre nous, si nous accréditons l’idée qu’il y aurait des indésirables parmi nous, non seulement nous allons tout perdre politiquement, mais, en outre, une répression risque bien de s’abattre sur nous tous. Oh, certes, à l’heure actuelle, ce n’est pas à la guillotine qu’on nous enverrait, mais le pouvoir a bien les moyens (notamment fiscaux, en ces temps de disette pour les finances publiques) de nous pourrir la vie. Et, n’oublions jamais comment se passent les révolutions : ce sont toujours les plus proches qui envoient leurs amis plus à droite qu’eux à la guillotine, pour éviter d’y aller eux-mêmes… et qui y sont conduits quelques semaines plus tard par d’autres « amis » un peu plus à gauche, et ainsi de suite. Si nous nous tenons les coudes, comme ces magnifiques jeunes veilleurs, lors des charges de CRS, personne n’arrivera à ébranler notre bloc ; sinon… A moins, bien sûr, que vous fassiez confiance à Valls et Taubira pour nous protéger, mais j’ose espérer que ce genre de rêverie commence à se dissiper !

Plus que jamais, la victoire est à portée de mains. Mais, plus que jamais, elle passe par l’unité, par le respect des diverses sensibilités représentées au sein du mouvement de défense de la famille. Le B. A.–BA de la politique, c’est d’être capable de définir ses amis, ses alliés et ses adversaires. Pour moi, c’est clair : l’adversaire, c’est le gouvernement et sa majorité, et tous les opposants au projet de loi Taubira, tous ceux qui en exigent le retrait ou l’abrogation, sont soit des amis, soit des alliés. C’est aussi simple que cela.

Guillaume de Thieulloy
Nouvelles de France
27/04/2013

 Guillaume de Thieulloy est secrétaire général du Collectif Famille Mariage et directeur de publication de Nouvelles de France.

Correspondance Polémia – 29/04/2013

Image : Guillaume de Thieulloy