Articles

La recomposition du paysage politique au cœur des enjeux de 2017

La recomposition du paysage politique au cœur des enjeux de 2017

Print Friendly

Didier Beauregard, essayiste.

♦ « Plus encore que le jeu biaisé des combinaisons politiques, la situation économique servira de juge de paix ».

A l’heure où les tentations d’un retour à la proportionnelle s’affirment et où les perspectives d’une grande coalition UMPS se rapprochent, Didier Beauregard procède à une analyse toute en nuances de la situation politique.
Polémia.


A petits pas, mais inexorablement, le scénario de la recomposition du paysage politique se met en place. Le plus avancé dans cette démarche est incontestablement Valls qui évoque explicitement l’hypothèse d’une ouverture au centre et regrette que les socialistes aient claqué la porte au nez de Bayrou en 2012.

L’Axe Valls, Bayrou, Juppé

L’axe Valls, Bayrou, Juppé se précise. Deux grandes questions accompagnent ce mouvement :

-la première : comment se répartiront les responsabilités au sein du trio quand viendra le moment des choix décisifs?

-la deuxième, beaucoup plus stratégique : comment, pour mener à bien ce projet, aborder l’échéance de 2017 pour préparer les esprits à cette nouvelle donne ?

En clair : faut-il encore préserver l’illusion d’un affrontement bipolaire droite/gauche avec un champion pour l’UMP et un autre pour le PS, ou entériner, dès l’épreuve de 2017, l’éclatement de l’UMP et du PS en présentant des candidats de sensibilité différente dans chaque camp pour permettre, au deuxième tour, des alliances au centre de part et d’autre des anciennes lignes de front ?

Cette seconde hypothèse, la plus logique au regard des tensions qui minent les deux grands partis de gouvernement, entérinerait, enfin, le mouvement naturel de l’histoire. Il n’est pas sûr pour autant que la nomenklatura des partis dominants veuille prendre le risque d’un éclatement qui ébranlera bien des situations acquises. Pour preuve, la manière un peu pathétique avec laquelle le chef du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, en appelle à l’unité des courants du PS qui doivent « débattre et non se battre ». Il faut, à tout prix, jusqu’à ce que l’échéance de 2017 se précise, tenir la « baraque » en l’état pour préserver le maximum d’options possibles.

Dans le cas du PS, Martine Aubry peut représenter une dernière carte à jouer pour ranimer tant bien que mal quelques flammèches de gauche afin de présenter un candidat unitaire. Ses déclarations récentes, savamment dosées, sont là pour signifier au peuple de gauche hébété qu’une alternative à gauche est encore possible. Un dernier sursaut, peut-être, de la geste mitterrandienne ?

Les primaires seront à suivre de près. Elles indiqueront clairement la capacité du Parti socialiste à surmonter ou non, un round de plus, ses contradictions et ses tensions.

Valls cap au centre

Mais plus encore que le jeu biaisé des combinaisons politiques, la situation économique servira de juge de paix. La déroute qui se profile sous le regard exaspéré de Bruxelles appelle des réponses lourdes pour rassurer et calmer les forces économiques dominantes qui fixent le cadre acceptable de l’action politique.

La nomination d’Emmanuel Macron au poste de ministre de l’Economie est un signe fort qui signifie clairement la mise sous surveillance libérale du gouvernement socialiste. La dramatisation du contexte économique peut pousser les forces économiques à accélérer le mouvement de libéralisation et de rigueur, forçant du même coup le pouvoir en place à une rupture politique qui le contraindrait à refigurer sa majorité avant l’échéance de 2017.

Toutes les hypothèses circulent, y compris celles d’une démission du président ou d’une dissolution de l’Assemblée nationale. En tout état de cause, Manuel Valls est là où il se trouve pour accompagner les scénarios à venir du recentrage social libéral, face à un François Hollande condamné à devenir le spectateur de son propre quinquennat.

A droite, le jeu est tout autant embrouillé, dans un contexte où les guerres de personnes masquent encore l’âpreté des enjeux idéologiques. Mais les échéances électorales à venir et l’effet cliquet des primaires vont précipiter la mise au jour des réalités cachées. Chacun des prétendants va devoir énoncer et défendre ses positions.

Juppé ou les aléas du recentrage

La configuration actuelle est inédite et désoriente les candidats. Incontestablement, Alain Juppé part avec un vrai bonus. Il a peaufiné son image de vieux sage que les Français aiment tant (« la Force tranquille », à nouveau) et peut miser sur un axe Bayrou/UDI pour jouer sa carte au centre sans risquer à priori de trop perdre sur sa droite parmi les vieilles troupes de l’UMP. Il sera, sur le flanc droit, le pendant de Valls sur le flanc gauche pour préparer l’alliance nouvelle de tous les « Républicains de progrès » face au « danger populiste ».

Alain Juppé aux cotés du premier ministre Manuel Valls le 23/10/2014 à Bordeaux

Alain Juppé aux cotés du premier ministre Manuel Valls le 23/10/2014 à Bordeaux

Toutefois, malgré son tropisme centriste, il ne peut ignorer l’inexorable droitisation de l’électorat UMP et devra répondre aux attentes d’un camp radicalisé : un rôle difficile pour lui ; ses hésitations et ses palinodies sur l’immigration ou le mariage pour tous ont déjà montré les faiblesses de son positionnement politique.

Vigoureusement attaqué sur sa droite, il peut rater l’étape indispensable de la primaire face à un électorat de droite qui veut en découdre. Il sera notamment aisé de montrer que sa démarche vise à liquider l’héritage souverainiste et populaire du vieux fond gaulliste de l’électorat UMP, au profit d’un social libéralisme européiste et mondialiste.

Sarkozy : voie royale ou voie de garage ?

Paradoxalement, Nicolas Sarkozy n’est pas le mieux placé pour profiter de cette ouverture à droite. Il a le tort d’avoir déjà joué cette carte en 2007 pour faire le contraire une fois élu, mais surtout, son positionnement politique le place dans la situation la plus inconfortable à gérer.

Le pari sarkozyste est clairement de maintenir la vieille maison UMP en l’état en jouant, une fois de plus et comme Chirac avant lui, sur une double stratégie de droitisation verbale, d’un côté, et de recentrage stratégique, voire d’ouverture à gauche, de l’autre. Mais la corde est usée et les échéances électorales de 2014 ont

Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy

pratiquement acté la fin de cette entourloupe.

Sarkozy n’a plus d’espace pour manœuvrer. S’il se droitise, il butera sur l’obstacle du FN qui aura beau jeu de dénoncer son double discours et de rappeler ses reniements, et, surtout, il suffira alors à la ligne Juppé de mettre en avant un candidat centriste, Bayrou d’évidence, pour lui interdire une position de repli au centre.

A contrario, une approche résolument centriste est impensable pour lui, outre que le terrain est déjà occupé par l’axe Juppé/Bayrou, il ne peut jouer que dans une posture gaullienne du « retour du sauveur » qui implique nécessairement une rupture droitière face au consensus mou du vieux duo UMPS. Ses récentes prises de position « musclées » sur l’immigration en sont la preuve.

Droitisation ou recentrage : la leçon de 2012

La ligne NKM, Baroin, Pécresse (et quelques autres) qui prétend gagner au centre en maintenant l’UMP dans son périmètre actuel est une illusion qui méprise la réalité la plus élémentaire. Le débat d’ailleurs n’a plus lieu d’être. Les chiffres ont parlé.

Une étude récente de l’Ifop, publiée dans le Figaro du 23 septembre, a montré, sans conteste possible, que le retour de Sarkozy dans la dernière ligne droite de la présidentielle de 2012 venait exclusivement de la droitisation de sa posture face à un Hollande qui l’avait largement distancé. Cette droitisation a permis de récupérer une part non négligeable des électeurs du Front national, sans perdre pour autant les voix du centre droit. Une leçon à méditer.

Une stratégie de conquête de la droite par le centre n’a plus de sens aujourd’hui. Le centre, en revanche, peut servir de point d’appui pour une recomposition politique à partir des tendances les plus centristes du PS et de l’UMP.

Sans même prendre en compte les aléas de la course d’obstacles judiciaires de l’ancien président, il est clair que l’opération du « grand retour » de Sarkozy va prendre de plus en plus l’allure d’une fuite en avant à l’issue des plus improbables.

Le paradoxe Fillon

Reste le « troisième larron », François Fillon le discret, aujourd’hui le plus mal noté par les sondages dans la course à la présidentielle de 2017. Il est, paradoxalement, le mieux placé sur l’échiquier politique pour mener une stratégie « droitisée » tout en gardant une image de modéré qui colle bien à son style d’introverti mesuré.

François Fillon

François Fillon

Ses propos de septembre 2013 – où il déclarait vouloir choisir, dans le cadre d’un deuxième tour, « le candidat le moins sectaire » entre un candidat PS ou FN – avaient recueilli, en dépit des cris d’orfraie des bien-pensants, l’approbation de 72% des électeurs de l’UMP : un premier ballon d’essai sur lequel l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy a eu tout le temps de méditer depuis.

Il a, sur le plan économique, opté pour un discours de rupture dans une approche à la Schröder qui peut séduire le monde économique. Pourra-t-il, s’il veut résolument occuper l’espace d’une droite populaire qui se reconnaît encore dans l’UMP, radicaliser son discours sur les sujets de société qui délimitent aujourd’hui les fractures idéologiques les plus clivantes, comme l’immigration, la sécurité ou la famille ? Le veut-il et, si oui, le peut-il ?

Ses adversaires le disent timoré et velléitaire, mais ne disait-on pas la même chose de François Hollande, avant que la géographie idéologique et les équilibres byzantins du Parti socialiste finissent par démontrer qu’il était, somme toute, le plus petit dénominateur commun d’une gauche émiettée, le candidat du compromis minimal ?

Il est d’usage de dire que l’élection présidentielle, dans l’esprit de la Ve République, est la rencontre entre un homme et le peuple français, mais, au-delà de la légende, l’analyse « technique » montre que le positionnement « marketing » des candidats en fonction des forces sociologiques et idéologiques (les deux sont liées) qui structurent le paysage politique national est l’élément premier du succès ou de l’échec.

On peut, l’espace d’une campagne électorale, fabriquer l’image d’un candidat, on ne peut pas inventer ex nihilo une force sociopolitique. Elle s’impose comme une réalité première qu’il faut appréhender et utiliser au mieux. L’exploitation du thème de la « fracture sociale » par Jacques Chirac en 1995, ou la récupération de la droitisation de l’électorat de droite en 2007 par Nicolas Sarkozy, s’affichent comme des modèles du genre.

Sur l’échiquier du jeu politique, François Fillon, en dépit des sondages, a les pièces les mieux placées pour, théoriquement, s’imposer comme le candidat du meilleur compromis possible à droite, face à la pression soutenue du Front national. L’histoire dira rapidement si sa personnalité profonde lui permettait ou pas d‘ambitionner la toute première place.

Le Front national face à son destin

Campé sur ses succès électoraux de 2014, le Front national poursuit sa marche en avant. Les sondages montrent que l’électorat UMP se rapproche majoritairement de celui du FN. Les deux convergent sur des sujets particulièrement sensibles comme la sécurité, l’identité nationale et l’immigration et, ce qui est plus nouveau et lourd de conséquence, le rejet de l’Europe de Bruxelles (cf. l’enquête IPSOS/Steria « Fractures françaises-2014 »). A gauche, le discours social du parti de Marine Le Pen ouvre désormais des brèches dans l’électorat des classes moyennes les plus fragilisées, après avoir massivement conquis le vote ouvrier.

Et pourtant, en dépit de ses succès récents, le Front national sera également confronté à des choix difficiles. Il subira lui aussi une pression de son électorat en

Marine Le Pen

Marine Le Pen

faveur d’accords électoraux tactiques avec l’UMP ; 60% de ses électeurs y sont favorables. Toutefois, comme la dynamique électorale actuelle lui profite et que ses sympathisants le voient plus comme l’ostracisé que l’ostracisant, il peut encore éviter la recherche de compromis.

La question des alliances et des ralliements de 2e tour, hypothèse quasi acquise aujourd’hui, deviendra pour lui incontournable en 2017, alors que son image reste encore négative dans l’opinion publique. Plus ils se rapprocheront du pouvoir, plus le parti et ses dirigeants ne pourront échapper aux choix stratégiques qui exacerbent les contradictions internes d’un mouvement politique, comme les autres partis de gouvernement le subissent pour leur part.

Pour preuve, c’est désormais sur son socle historique que le FN subit les tensions les plus dures. La question du positionnement de ce parti face à l’islam et l’électorat musulman (un sondage officieux mené par une centrale syndicale a montré que 8% de ses adhérents musulmans auraient voté FN*) devient, comme l’a montré l’actualité récente, un sujet à haut risque pour lui : un débat de fond qui travaille l’ensemble des courants de la droite nationale et dont les conséquences sont capitales pour l’avenir du positionnement stratégique du Front national.

Pour l’ensemble des familles politiques, l’obstacle à négocier de 2017 agit comme un accélérateur des évolutions politiques structurelles que le Système feint d’ignorer faute de pouvoir encore les maîtriser (**).

Didier Beauregard
5/11/2014

(*) NDLR : Ce chiffre ne correspond pas aux enquêtes post-électorales qui montrent que l’électorat de culture musulmane votant FN ne dépasse pas quelques pour cent. Mais les syndiqués sont peut-être recrutés parmi les mieux assimilés.

(**) NDLR : « A l’issue du week-end dernier, Nicolas Sarkozy a vu l’un de ses rivaux à l’UMP et un proche de François Hollande se prendre les pieds dans le tapis de l’affaire Bygmalion. L’affaire Fillon-Jouyet est-elle une aubaine pour Nicolas Sarkozy?

Christian Delporte: Elle ne pouvait pas mieux tomber puisque d’un côté elle paralyse le rival le plus critique à son égard et de l’autre elle lui permet d’entretenir la théorie du complot fomenté à son encontre par le pouvoir. Le tout, en 48 heures! Quoiqu’il en soit, l’image d’intégrité de François Fillon sera lourdement atteinte par cette affaire. Le doute persistera et affectera sa parole au sein de l’UMP. Par réflexe «légitimiste», on peut même prévoir un regain de popularité de Nicolas Sarkozy non seulement auprès des militants, mais aussi dans l’opinion de droite. Les charges au sein de son propre camp vont s’apaiser, ses concurrents ne pourront plus l’attaquer aussi frontalement qu’avant, et son autoportrait en victime des juges aux ordres du pouvoir gagnera en crédibilité. Au moins pendant un temps ». (Source : Le Figaro.fr, 11/11/2014 – Christian Delporte est historien spécialiste de l’histoire des médias et de la communication politique).

Voir aussi :

a) Les échéances électorales de 2014 : une épreuve à haut risque pour un système politique à bout de souffle
b)
De la Manif pour tous au Printemps français… en avant toute !
c) Front national : vers les grandes turbulences ?

Correspondance Polémia – 11/11/2014

Image : Manuel Valls a rencontré François Bayrou à la mairie de Pau le 6/11/2014