Articles

La France en mode low cost

La France en mode low cost

Print Friendly

Connaissez-vous le low cost politique ? Explications de Michel Geoffroy.

Conséquence de la crise européenne, le low cost se développe partout.
Cette expression anglo-saxonne pour « bas prix » signifie que les Européens, ayant de moins en moins de ressources, du moins les autochtones d’en bas, se trouvent réduits à consommer des produits de moindre qualité, mais aux prix plus abordables. Les entreprises pratiquent de leur côté depuis longtemps le low cost, consistant à rogner sur la qualité pour réduire leurs coûts de production.
Mais les Français, toujours à la pointe de l’innovation, expérimentent au surplus la politique low cost depuis un certain temps. M.G.


La démocratie low cost

Il y a déjà l’alimentation low cost, où l’on se procure des produits sans choix de marque. On connaît aussi les médicaments low cost (pour la Sécurité sociale, s’entend) qu’on appelle des « génériques ». Il y a aussi les voitures low cost comme la Logan : elles roulent encore sur quatre roues. On trouve aussi des avions low cost, où les passagers doivent s’estimer heureux de ne pas voyager debout à bord. Certaines compagnies envisagent même de faire payer l’accès aux toilettes en vol, pour réduire leurs coûts.

A l’heure du low cost politique, nous devons donc nous habituer à ce que les politiques fassent le minimum d’efforts pour répondre à nos attentes : uniquement lors des campagnes électorales pour obtenir nos voix. Ensuite, ils font tout le contraire, quand ils font quelque chose. C’est cela la démocratie low cost !

Les génériques politiques

Comme chez Lidl, la politique low cost nous vend des produits génériques.

Finies la gauche et la droite : voici le générique UMPS, l’équivalent politique des boîtes de « pâtes » ou de « sardines à l’huile ». Ce générique applique en effet le même programme, avec les mêmes résultats : atlantisme, défense de l’euro coûte que coûte, immigration de peuplement, lutte contre l’islamophobie, baisse du coût du travail, aide aux grandes entreprises, augmentation des impôts, etc.

Et la droite conduit une opposition low cost, tout comme la gauche combat « l’argent qui corrompt » – comme disait François Mitterrand – en mode low cost comme nous l’a rappelé M. Cahuzac. Evidemment, la qualité n’est pas tout à fait au rendez-vous mais c’est quand même beaucoup plus simple pour l’électeur qui n’a plus le souci de choisir entre les étiquettes !

Le Parlement low cost

Nous avons aussi, comme chez Leader Price, le Parlement low cost : les législateurs n’ont qu’à « transposer » les directives de Bruxelles et de toute façon les juges légifèrent à leur place. En outre, comme nous n’élisons pas ces derniers, cela coûte moins cher en frais électoraux.

Le même Parlement vient aussi, après le PACS, de nous faire entrer, avec la loi Taubira, dans le monde du mariage low cost : un mariage unisexe, le même pour tous. Et avec un peu de chance, bientôt nous aurons la citoyenneté low cost : celle où les étrangers ont les mêmes droits politiques que les nationaux.

L’Etat en Leader Price

Nous bénéficions aussi de plus en plus de services publics low cost, du moins ceux qui n’ont pas encore fermé.

L’Education nationale et l’Université produisent, par exemple, depuis longtemps un savoir low cost, selon un menu à base de calories intellectuelles : avec culture et orthographe basiques, diplôme pour tous et panne d’ascenseur social garantie.

On connaît, bien sûr, aussi les administrations low cost : les armées sans troupes, comme les services sans fonctionnaires – et les administrations sans formulaires (merci à l’usager de les télécharger à ses frais) et que l’on ne peut joindre que par téléphone, à condition de s’armer de patience et de savoir pianoter sur son clavier (personnes âgées s’abstenir).

Nous avons de même une excellente médecine low cost, où il est recommandé de ne pas tomber malade ni de vouloir accoucher la nuit, les week-ends et jours fériés, pendant les mois d’été ni, bien sûr, ailleurs que dans les villes.

Un président low cost

Bref, la France autochtone d’en bas – pas l’oligarchie, je vous rassure – est fortement priée de s’habituer à vivre dans un monde low cost : un monde où la sécurité, l’emploi, la protection sociale, la promotion sociale, l’accès à la culture ou la liberté sont de plus en plus « génériques », c’est-à-dire remplacés par des ersatz, mais qui leur coûtent néanmoins de plus en plus cher en tarifs, taxes, cotisations et impôts divers, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes.

Pour bien nous y préparer on nous a certes doté d’un président de la République à faible empreinte carbone également : un chef d’Etat low cost qui « s’engage pour l’emploi » en attendant, telle sœur Anne, que la croissance revienne. Un petit gros qui ne fait pas le poids.

C’est ce que pensent en tout cas 73% de nos concitoyens selon le sondage TNS Sofres du 24 au 27 avril. Manifestement, ce Système low cost séduit de moins en moins les consommateurs qui attendent plus de qualité pour le même prix.

 Michel Geoffroy
3/05/2013

Correspondance Polémia – 4/05/2013

Image : « Dépenser c’est dépassé…  allez chez LEADER PRICE ! (55 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris) »