Articles

La démocratie « religieuse »

Print Friendly

Le chroniqueur Jean Madiran est mort le 31 juillet à l’âge de 93 ans. (…). Je retiens (…) de Jean Madiran sa remarquable analyse des « deux démocraties ». (…) La démocratie, [c’est] l’Athènes de Socrate et donc la naissance de la civilisation et aussi, contradictoirement, la « dissociété » contemporaine. Madiran explique cela lumineusement. Il y a deux démocraties : la classique, la grecque, régime politique parmi d’autres, plus ou moins adapté à une telle situation ; et la nôtre. Mais la nôtre n’est pas un régime politique ; elle est une religion qui exige que toute légitimité sorte de la prétendue « volonté générale », censément incarnée par les majorités parlementaires de hasard.
Ce qui implique que cette démocratie « religieuse » puisse dire non seulement le légal et l’illégal, mais aussi le bien et le mal et même le vrai et le faux. La loi Gayssot, par exemple, nous a dotés d’une vérité historique d’Etat, subvertissant ainsi radicalement la notion même de vérité historique. S’il existe aujourd’hui des opinions criminalisées, c’est la conséquence inéluctable de cette « démocratie » religieuse qui n’est rien d’autre qu’un totalitarisme. (…)
Guillaume de Thieulloy, Les 4 Vérités, n° 905, 23/08/2013.