Articles

La défiance vis-à-vis du système politique atteint sa cote d’alerte

La défiance vis-à-vis du système politique atteint sa cote d’alerte

Print Friendly

« La défiance à l’égard des responsables politiques est au cœur de ce désenchantement démocratique. »

♦ De quelque manière que l’on pose la question, les Français expriment leur insatisfaction sur le fonctionnement de leur système démocratique. L’enquête réalisée par Ipsos-Steria pour l’association Lire la société et « Le Monde », du 22 au 28 janvier auprès d’un échantillon représentatif de 1 000 personnes, le confirme.


Pour près des deux tiers des sondés (63 %), en effet, le système démocratique « fonctionne de moins en moins bien » en France. Ce jugement est écrasant parmi les sympathisants de l’UMP (73 %) et plus encore chez ceux du Front national (85 %). Ce constat inquiétant corrobore, notamment, l’enquête récente du Cevipof (centre d’études de Sciences Po), dans laquelle 69 % des personnes interrogées estiment que « la démocratie fonctionne mal » en France, un pourcentage en hausse de 21 points depuis 2009.

Cela ne signifie pas que les Français récusent la démocratie dans son principe. Au contraire : les trois quarts (76 %) assurent que le régime démocratique « est irremplaçable et que c’est le meilleur possible ». Et 80 % sont convaincus qu’un système démocratique est le « moyen le plus efficace d’assurer le développement économique d’un pays », contre 20 % (mais jusqu’à 46 % des sympathisants du FN) qui jugent qu’un régime autoritaire serait préférable.

Enfin, les élections restent, à leurs yeux, nécessaire pour exprimer son opinion et choisir ses représentants : 95 % assurent que voter est« indispensable », même si 22 % considèrent tout de même le vote comme un « rituel désuet et déconnecté des réalités ».

Toutefois, le jugement est plus nuancé, voire mitigé, quand on détaille les grandes missions attendues d’un système politique. Ainsi, 71 % des sondés jugent le système démocratique efficace pour « garantir le respect des libertés individuelles », 64 % pour « assurer la cohésion d’un pays », 60 % pour « favoriser le développement économique » et 58 % pour « assurer l’ordre et la sécurité ». Ils sont, en revanche, une majorité pour estimer qu’un tel système n’est pas efficace pour « favoriser l’intérêt général plutôt que les intérêts  privés » (53 % contre 47 %) ou pour « réduire  les inégalités  sociales entre citoyens » (55 % contre 45 %).

Un dégradé comparable apparaît quand on interroge les Français sur les institutions « absolument nécessaires » pour la démocratie : « Une justice qui fonctionne bien » (83 %), une « éducation accessible au plus grand nombre » (76 %) et des élections (72 %) sont très largement citées. Un cran nettement derrière figurent « un président élu au suffrage universel » (56 %), « des organismes de contrôle » comme le Conseil constitutionnel ou la Cour des comptes (56 %) et « des médias indépendants et pluralistes »

(52 %) à cet égard, 62 % jugent que le développement des médias d’information en continu et des réseaux  sociaux est plutôt une bonne chose pour la démocratie. En revanche, moins de la moitié des sondés jugent absolument nécessaire « la présence de partis politiques différents » (47 %) et plus encore un Parlement (42 %).

« Déconnexion des élites »

Si les Français ne se détournent donc pas de la démocratie, ils jugent très sévèrement son fonctionnement et en attendent plus d’efficacité et de proximité. Ainsi, interrogés sur les facteurs qui fragilisent la démocratie en France, ils citent en premier lieu « l’impuissance des gouvernements à apporter des solutions à la crise économique » (50 %) et « la déconnexion des élites par rapport aux problèmes quotidiens des Français » (47 %).

A cela s’ajoute le sentiment dominant que l’appartenance de la France à l’Union européenne « tend plutôt à affaiblir la démocratie en France » (45 %), quand 21 % des sondés pensent qu’elle la renforce et 34 % que cela ne change rien.

La défiance à l’égard des responsables politiques est au cœur de ce désenchantement démocratique : quand on demande aux Français leur sentiment à propos des décisions prises par les pouvoirs publics, trois sur quatre (74 %, dont 58 % parmi les sympathisants du PS) assurent se sentir « de plus en plus manipulés », deux sur trois « de plus en plus ignorés », la moitié (48 %) « de plus en plus dépassés » et aucun ou presque (4 %) « de plus en plus entendus ». On ne saurait plus cruellement pointer la fragilité inquiétante du contrat démocratique français.

Gérard Courtois
Le Monde.fr
7/02/2014

Correspondance Polémia – 8/02/2014

Image : Des femmes costumées en “Marianne” défilent lors du rassemblement organisé par la Manif pour tous à Paris, le 2 février 2014. (MARTIN BUREAU / AFP)