Articles

Theatre Bobards 2016

La 7e cérémonie des Bobards d’Or a eu lieu lundi 14 mars, au Théâtre du Gymnase Marie Bell devant près de 600 personnes.

Print Friendly

Les prix suivants ont été décernés :

Bobard d’Or pour France Inter, pour le Bobard orwellien.

♦ Géraldine Hallot, de France Inter, avait commis en septembre 2015 un article ainsi titré : « Réfugiés, le fantasme de l’infiltration terroriste ». Après le 13 novembre et les attentats commis notamment par deux « migrants » passés par la Grèce, France Inter, au lieu de s’excuser, a purement et simplement modifié son article pour le rapprocher de la réalité… Une méthode digne de 1984 d’Orwell.

Bobard d’Argent pour Etienne Baldit et le Lab d’Europe 1, pour le Bobard raciste anti-européen

Le Président de Polémia devant le Théâtre du Gymnase

Le Président de Polémia devant le Théâtre du Gymnase

♦ Ce bobard concerne l’identité des meurtriers de Jean-Claude Irvoas, tué pendant les émeutes du Ramadan en 2005 et leurs origines. En 2010, le journaliste du Figaro Stéphane Durand-Souffland écrivait que « trois des quatre individus concernés sont d’origine européenne ». Un mensonge de la part du président de l’Association des journalistes judiciaires qui sera récompensé quelques mois plus tard par le bobard d’or 2010. En effet les meurtriers ne sont autres que BenoÎt Kusonika, un Franco-Congolais, Sébastien Beliny, un Antillais, Sambo Diallo, un Franco-Sénégalais, et Ichem Brighet, un Franco-Algérien. Rien que des Européens, on vous dit ! Un bobard en boucle repris six plus tard par le peu sérieux (mais très militant !) Lab d’Europe 1.

Bobard de Bronze pour l’AFP pour le Bobard christianophobe

♦ Un bobard fondé sur l’échange de bons procédés entre l’AFP et l’Observatoire syrien des droits de l’homme (proche des djihadistes d’Al-Nosra) qui se citent l’un l’autre. Cela leur permet de diffuser l’image d’un prétendu « chrétien » sur le point de décapiter un « djihadiste », alors qu’il s’agit d’un djihadiste s’apprêtant à assassiner un soldat syrien… Un beau succès pour l’AFP, déjà titulaire d’un bobard de guerre en 2015, pour avoir annoncé que « le régime d’Assad » détenait le journaliste James Folley alors que celui-ci fut décapité par l’Etat islamique. Une constance dans la désinformation qui vaut à l’AFP le surnom…d’Agence française de propagande.

Lancement d’une « Class action » contre Radio France

En conclusion de la cérémonie, Jean-Yves Le Gallou, président de Polémia, a incité les participants à contribuer activement aux travaux de la réinfosphère et à mieux faire connaître les mensonges des médias de l’oligarchie. Il a aussi annoncé l’engagement d’une action collective au titre de l’article 1382 du Code civil contre Radio France et France Inter qui financent leurs désinformations et leurs manipulations avec l’argent de la redevance.

Image : Le Théâtre du Gymnase Marie Bell

Polémia
14/03/2016