Articles

« Islamophobie, la contre-enquête », d’Isabelle Kersimon et Jean-Christophe Moreau

« Islamophobie, la contre-enquête », d’Isabelle Kersimon et Jean-Christophe Moreau

Print Friendly

Fiche de lecture de Bernard Mazin, essayiste.

♦ On remarquera que les sites qui recrutent des jeunes candidats au djihad commencent justement par appâter leurs proies en présentant l’islam comme une religion de purification par rapport à nos sociétés corrompues… (B.M.)

« Pour le dire d’une façon un peu abrupte, alors que l’antisémitisme a besoin de chimères comme les Protocoles des Sages de Sion pour accréditer et perpétuer l’idée d’un péril juif, il suffit à l’islamophobie de se référer à la réalité juridique de la plupart des Etats se réclamant de l’islam – ou tout simplement au discours officiel de l’OCI – pour nourrir des inquiétudes légitimes vis-à-vis de la dimension politique de la religion musulmane et de certaines de ses implications sociétales. »


Dans un entretien accordé au site Boulevard Voltaire au lendemain des attentats du 7 janvier, Alain de Benoist déclarait :

« Les attentats sont faits pour ça : stimuler une islamophobie que les terroristes djihadistes considèrent comme un “vecteur de radicalité” privilégié. Les terroristes islamiques adorent les islamophobes. Ils souhaitent qu’il y en ait toujours plus. Ils savent que plus les musulmans se sentiront rejetés par les non-musulmans, plus ils pourront espérer les convaincre et les radicaliser. Les djihadistes assurent qu’ils représentent le “véritable islam”, les islamophobes leur donnent raison en disant qu’il n’y a pas de différence entre l’islam et l’islamisme. Que les premiers commettent des attentats alors que les seconds verraient plutôt sans déplaisir se multiplier les pogroms contre ceux qui “rejettent le mode de vie occidental” (le sympathique mode de vie mondialisé de la consommation soumise) n’y change rien. Les islamophobes sont les idiots utiles de l’islamisme radical. […] Pour ma part, je ne ferai pas aux terroristes islamistes le cadeau de devenir islamophobe. Et je ne fantasmerai pas non plus sur la “France musulmane” comme Drumont fantasmait sur La France juive (1885), en associant mécaniquement islam et terreur comme d’autres associaient naguère les Juifs et l’argent. »

Etre islamophobe = idiot utile ou conscient des dangers ?

Cette prise de position s’oppose à celle exprimée sur Polémia le 24 janvier par Guillaume Faye, pour qui « l’islamisme est moins dangereux que l’islam ». Elle semble aussi donner raison à Marine Le Pen lorsqu’elle qualifie le « Grand Remplacement » de Renaud Camus de fantasme conspirationniste ou lorsqu’elle prend ses distances vis-à-vis d’Aymeric Chauprade.

Cette apparente antinomie peut paraître difficile à surmonter, car même dans notre mouvance intellectuelle certains sont tentés par une certaine complaisance vis-à-vis de l’islam, présenté comme une force de rejet de ce que sont devenues nos sociétés occidentales. Cette arrière-pensée est en filigrane dans l’entretien d’Alain de Benoist, mais on la trouve aussi chez Bernard Lugan ou d’autres penseurs tout aussi estimables. On ne fera pas à ces deux personnalités l’injure de les soupçonner d’angélisme, mais on remarquera que les sites qui recrutent des jeunes candidats au djihad commencent justement par appâter leurs proies en présentant l’islam comme une religion de purification par rapport à nos sociétés corrompues, décadentes et consuméristes. Ce sont donc là aussi des « idiots utiles » qui sont conditionnés par des argumentaires mélangeant de vrais mensonges, mais aussi des thèses avec lesquelles nous pouvons être d’accord, et qui se rendent compte un peu tard en quel combat douteux ils sont engagés.

Ma conviction penche donc plutôt en faveur d’une analyse lucide de la dangerosité intrinsèque de l’islam, et de l’idée que l’arbre de l’islamisme ne doit pas cacher la forêt de l’islam, autrement plus riche de menaces. Pour autant, on peut rejoindre Alain de Benoist lorsqu’il veut nous mettre en garde contre le piège que recèle le concept d’islamophobie.

Islamophobie et théorie du « bouc émissaire »

Un récent ouvrage intitulé Islamophobie, la contre-enquête est consacré précisément à « démonter le mythe de la montée continue des actes islamophobes en France ». Il montre qu’à travers l’utilisation de statistiques peu fiables (statistiques du CCIF – Collectif contre l’islamophobie en France – « échelle d’aversion à l’islam » du CNRS), tous les travaux sociologiques sur la question reposent sur la théorie du « bouc émissaire », issue de Freud et de Dürkheim, selon laquelle la minorité musulmane serait vouée à être la victime d’un rituel social dont la fonction est de restaurer l’harmonie de la communauté. Ainsi, « le moindre débat sur les frontières de la liberté religieuse est désormais regardé […] comme une forme larvée d’incitation à la haine contre les populations musulmanes » et on assiste à la « propagation d’un nouveau dogme antiraciste selon lequel il n’existerait […] qu’une différence de degré entre le rejet du fondamentalisme et l’agression d’une femme voilée ».

Les deux auteurs se donnent pour objectif de « comprendre comment on en est arrivé à cette idée que les actes de violence et de discrimination à l’égard des musulmans sont devenus un fait social total impliquant l’ensemble de la population française ».

Ils analysent en premier lieu la naissance de la notion d’islamophobie au début du XXe siècle : paradoxalement, les administrateurs coloniaux ont joué un rôle de dénonciation de la diabolisation politique de l’islam, et préconisé une « neutralité bienveillante » à l’égard de la religion des peuples colonisés. Sur ce point, on renverra une dernière fois à Alain de Benoist qui, dans l’entretien cité, rappelle qu’à « l’époque de la Guerre d’Algérie, on ne faisait pas grief aux harkis d’être musulmans, et l’on ne s’étonnait pas non plus qu’il y ait des mosquées dans les départements français d’Alger, d’Oran et de Constantine ». En matière littéraire, il y a eu effectivement une « islamophobie savante », mais aussi une littérature islamophile, qui ne voyait dans la religion musulmane que spiritualité et moralisme face au rationalisme matérialiste du colonisateur. Elle opérait en outre un amalgame (déjà !) entre foi islamique et mœurs arabes, ce qui a contribué à cette « racialisation paradoxale » des musulmans que l’on observe encore de nos jours.

L’islamophobie, un concept fabriqué de toutes pièces

De longs développements sont consacrés au « recyclage sémantique » de la notion d’islamophobie depuis 20 ans, sous l’impulsion ou avec la complicité des organisations internationales (ONU, Conférence islamique, Conseil de l’Europe, UNESCO) ou des groupes de pression promusulmans (CCIF, UOIF, CFCM) ou antiracistes et multiculturalistes (Runnymede Trust britannique ; MRAP ; Ligue des droits de l’Homme ; etc.) Sont aussi listés les travaux sociologiques tendant à « entériner l’idée d’une islamophobie constitutive de l’ADN français depuis les Lumières », avec une mention particulière à l’ouvrage d’Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed, Islamophobie : comment les élites françaises fabriquent le « problème musulman » (2013).

Selon ces études, les médias sont mis en accusation : les journalistes seraient coupables d’entretenir une obsession unique, lutter contre l’islamisation de la France, en ignorant la « subjectivité musulmane » et « les apports nuancés des analyses sociologiques », et en cooptant des « experts » qui n’y connaissent rien. Les journalistes érigeraient ainsi des personnalités ou des entités au statut de « héros négatifs ou malfaisants », tels que Tariq Ramadan, Abdallah Ben Mansour, ou l’UOIF. A l’inverse, ils mettraient en avant des « héros positifs », qui sont a contrario les bêtes noires des sociologues de l’islamophobie : Alain Finkielkraut, Michèle Tribalat, Pierre-André Taguieff, Régis Debray, Péroncel-Hugoz, Alexandre Del Valle et bien d’autres. Mais nos deux auteurs remarquent non sans malice que le pilori est épargné à d’autres experts souvent tout autant ou plus présents dans les médias que ceux qui viennent d’être cités, mais qui défendent l’idée d’un « islam des Lumières ». En clair, on oublie ce qui risquerait de montrer la fragilité du raisonnement de victimisation. Hajjat et Mohammed, notamment, « rejettent tous les exemples qui n’entrent pas dans leurs grilles d’analyse », et « semblent créer leur objet au fur et à mesure qu’ils l’explorent, l’opération reposant, précisément, sur le fait de rejeter [les exemples] pour ne pas changer leurs grilles ».

Isabelle Kersimon et Jean-Christophe Moreau démontent également les raisonnements analogiques opérés par les sociologues entre antisémitisme et islamophobie, et montrent l’impasse de ce « mimétisme analytique » : « l’islamophobie est un délire paranoïaque comme l’est l’antisémitisme, mais à sa différence, elle n’invente pas la totalité des dangers dont se nourrissent ses thèses », car ces dangers relèvent de faits avérés (attentats, massacres, explosions de violence antioccidentale) et pas de chimères ou de fantasmagories.

Nos deux auteurs poursuivent leur étude en montrant comment les débats juridiques sont instrumentalisés par les lobbies pour entretenir l’idée de l’islamophobie, expression du « mal français ». Cinq exemples sont ainsi décortiqués, chiffres et jurisprudence à l’appui :

  • le phantasme du délit d’islamophobie ;
  • la manipulation des statistiques sur les actes de profanation et de vandalisation des lieux de culte et des sépultures musulmans ;
  • la question du financement des mosquées ;
  • la question du voile à l’école ;
  • l’affaire Baby-Loup (licenciement d’une employée d’une crèche privée pour port du voile dans l’exercice de ses fonctions.

L’islamophobie, un « leurre heuristique »

La conclusion de l’ouvrage est sans appel : il n’y a pas, comme les lobbies voudraient nous le faire croire, de rejet total de l’islam et des musulmans en France. Une France islamophobe aurait mieux convenu aux théoriciens de l’éternelle culpabilité que sont les partisans de la doxa multiculturaliste et du repli communautaire, et « c’est sans doute pour cela qu’ils mettent tant de passion à la fabriquer ». Et en définitive, l’islamophobie sert de « leurre heuristique » : « c’est une théorie qui prétend révéler les ressorts d’un phénomène social (le rejet de l’islam), mais dont l’objectif est d’influencer l’action politique en faveur de la seule communauté musulmane », telle qu’elle est conçue par les auteurs de ce véritable tour de passe-passe.

Avec de tels propos, on comprend que le livre ait déplu aux partisans du communautarisme musulman. Bien entendu, la méthode privilégiée pour le contrer a été celle de l’étouffoir médiatique. Mis à part un entretien dans FigaroVox, il n’a guère été relayé. L’autre technique, elle aussi très répandue, a consisté à mettre en cause la compétence des auteurs pour parler du sujet, ou le fait qu’ils collaborent à des sites qualifiés eux-mêmes d’islamophobes tel Causeur… On pouvait lire récemment que Mme Kersimon et M. Moreau ont été « agacés » par le procès fait à leur travail : pour ma part, j’aurais tendance à voir dans cet agacement une manière elliptique de dire qu’ils se sentent menacés depuis la publication du livre.

A l’autre extrémité du spectre idéologique, certains pourront trouver qu’après les attentats récents, et ce que nous voyons de l’islam au quotidien au Nigeria, en Syrie, au Mali, en Libye ou, plus près de nous, en Turquie, sans parler de ce qui se passe dans les cités de nos banlieues, la minimisation de l’ampleur de l’islamophobie est une incitation à baisser la garde devant un danger bien réel. A ceux-là on peut répondre que ce n’est pas être inconscient d’une menace que de chercher à comprendre les mécanismes de culpabilisation et de manipulation mis en œuvre pour nous ahurir et nous faire perdre toute notion des vrais enjeux. On n’oubliera pas non plus que le « gouvernement par le chaos » est un mode de pilotage du monde en constant développement. Dans ce contexte, la question de l’islamophobie est un débat piégé dont il faut prendre l’exacte mesure : le livre d’Isabelle Kersimon et de Jean-Christophe Moreau contribuera à éviter de tomber dans le piège qui nous est tendu.

Bernard Mazin
29/01/2015

Isabelle Kersimon et Jean-Christophe Moreau, Islamophobie, la contre-enquête, Ed. Plein jour, octobre 2014, 280 pages.

Correspondance Polémia – 1/02/2015

Image : 1re de couverture sur fond de Kaaba à La Mecque