Articles

Hongrie : large victoire des conservateurs et des « populistes »

Hongrie : large victoire des conservateurs et des « populistes »

Print Friendly

«[En Hongrie], la  « gauche » devenant la « droite » et vice versa, cette inversion préfigure peut-être ce qui pourrait se passer demain en France.»

♦ Les médias sont restés très silencieux quant aux résultats des élections législatives qui ont eu lieu dimanche dernier en Hongrie. Comme chaque fois qu’un fait dérange la nomenklatura médiatique, cette dernière l’ignore et omet d’en parler. Cette pratique très courante est une des formes que prend le « totalitarisme mou » que nous subissons depuis des décennies.


Une défaite de la gauche libérale-libertaire

Le Fidesz, parti conservateur du premier ministre sortant Viktor Orban, a recueilli 44,54% des voix, l’alliance de gauche près de 26%, le parti « populiste » Jobbik, 20,54% (17% en 2010) et le parti libéral-écologiste environ 6%. La gauche libérale-libertaire européiste n’a donc obtenu qu’un tiers des voix tandis que les eurosceptiques politiquement incorrects en ont obtenu deux fois plus.

Parti au pouvoir, le Fidesz a subi un tassement puisque 52,7% des Hongrois avaient voté pour ce parti en 2010. Ce tassement n’est pas en soi étonnant ; c’est le sort le plus fréquent de tout parti au pouvoir. Ce qui est remarquable, par contre, c’est que, malgré les menaces et les mises en garde de la Commission européenne et du gouvernement américain, il ait réussi à atteindre un tel niveau. Il est tout aussi remarquable que la coalition de gauche libérale-libertaire, qui a bénéficié du soutien et des encouragements de cette même Commission, ait fait un score aussi médiocre.

Les médias n’ont pas manqué de dénoncer le fait que les 44,54% de voix qu’il a obtenues permettront au Fidesz d’occuper les deux tiers de l’Assemblée, comme le système électoral hongrois le prévoit. « Si la coalition de gauche avait fait un tel score, c’est elle qui aurait occupé les deux tiers de cette assemblée sans que les médias trouvent à y redire », fait remarquer un Hongrois installé en France. « D’ailleurs, ici nous sommes actuellement dirigés par une “majorité” qui d’un sondage à l’autre ne représente qu’un gros tiers de l’électorat, ce qui est tout aussi détestable mais qui ne dérange pas le moins du monde la classe médiatique. »

Une gauche libérale et des conservateurs solidaires

Le Fidesz est en conflit avec Bruxelles du fait de son opposition à toutes les orientations libérales-libertaires des « experts » de la Commision. Parti authentiquement conservateur, il entend privilégier l’intérêt national, la lutte contre les multinationales, la critique de la marchandisation généralisée et le modèle familial traditionnel – selon la nouvelle constitution hongroise, le mariage est l’union entre une femme et un homme… De plus, Viktor Orban est dirigiste en matière économique, il taxe lourdement les banques, il a refusé d’appliquer les mesures d’austérité imposées par l’Union européenne et il a même procédé à des nationalisations. Tout cela ne plaît pas du tout à Bruxelles mais semble convenir aux Hongrois qui ont vu les prix de l’électricité et du gaz baisser, le chômage reculer et la croissance remonter à 1,4% (elle devrait être de 2% cette année).

Comme en France, la gauche hongroise est sur une ligne bruxelloise, c’est-à-dire libérale et libertaire, favorable à la mondialisation menée par les entreprises transnationales et au capitalisme dans sa version libérale. On assiste donc en Hongrie à une inversion des pôles politiques, la  « gauche » devenant la « droite » et vice versa ; cette inversion préfigure peut-être ce qui pourrait se passer demain en France.

Le Jobbik, qui a progressé cette année grâce au polissage de son style et de son discours, a bénéficié des voix des déçus du Fidesz mais aussi de celles de nombreux électeurs socialistes et communistes qui ne partagent pas les valeurs de la gauche boboïsée.

 Bruno Guillard
10/04/2014

Source : Breizh-Info.com
http://www.breizh-info.com/10881/actualite-internationale/hongrie-large-victoire-conservateurs-populistes/

Correspondance Polémia – 11/04/2014

Image : Viktor Orban après sa victoire aux élections législatives en Hongrie, le 6 avril, à Budapest. | AFP/ATTILA KISBENEDEK