Articles

1 Sisco Corse

Fondation Polémia : 2e Forum de la dissidence. Compte rendu. Quatrième et dernière partie

Print Friendly
Vigilance nationale corse

Vigilance nationale corse

Fondation Polémia

2e Forum de la dissidence

Paris, 19 novembre 2016

Quatrième et dernière Partie

 Présentation du documentaire Vigilance nationale corse
Réalisé par Hervé Grandchamp et Solange Massoni

Et

Conclusion
par Jean-Yves Le Gallou,
président de la fondation Polémia

L’exemple corse

Région française emblématique dans la résistance qu’elle oppose à l’implantation de populations porteuses au vu de diverses démonstrations d’une contre-culture, la Corse a fait l’objet d’un documentaire spécifique. Associant Polémia et TV Libertés, le documentaire a été réalisé par Hervé Grandchamp avec le concours de Solange Massoni, l’une des fondatrices de Vigilance nationale corse.

Le documentaire présenté a été principalement marqué par l’entretien avec le maire de Sisco, commune qui fut le théâtre, le 13 août 2016, d’un grave incident provoqué par un groupe de Maghrébins dissuadant, par des comportements violents, les touristes et les villageois d’accéder à une plage qu’ils s’étaient appropriée (*). L’affrontement a réellement commencé après qu’un adolescent de la commune eut été physiquement agressé par l’un des hommes de la famille maghrébine après les quelques photos qu’il avait prises à distance.

Tous ont souligné, au vu de l’entretien avec le maire, l’attitude particulièrement courageuse de ce dernier. Elu de gauche, il a pris la défense de ses administrés et il a su exposer objectivement la situation et le contexte à l’encontre des récits inspirés par le dogme dominant.

Comme l’ont exprimé dans le documentaire plusieurs personnalités interrogées, le peuple corse, insulaire, a une identité très marquée qui imprime en profondeur les mentalités. Une universitaire, corse, a rappelé l’attachement de la population à sa terre où elle trouve sa légitimité et à la religion chrétienne. Son communautarisme la protège.

A la suite de la projection, Solange Massoni a évoqué les différentes actions menées par son mouvement. En résonnance avec l’émoi suscité chez les parents d’élèves, Vigilance nationale corse s’est dressée contre l’enseignement d’un chant arabe dans les écoles.

Face à une volonté extérieure d’imposer les préceptes de la pensée dominante, le peuple corse est dissident et résistant.

(*) Note : Plage de Sisco en août 2015

*

*      *

Conclusion

par Jean-Yves Le Gallou

Recevant Jean Foyer qu’il venait de nommer Garde des Sceaux, le général De Gaulle lui a dit : « Souvenez-vous de ceci : il y a d’abord la France, ensuite l’Etat, enfin, autant que les intérêts majeurs des deux sont sauvegardés, le droit ».

Aujourd’hui, ce qu’on appelle l’Etat de droit – qui n’est que la dictature des juges – est une arme contre l’Etat, contre la France et contre la liberté d’expression. Contestons les juges ! Quand les juges condamnent Eric Zemmour, Renaud Camus, Pierre Cassen et tant d’autres, ils ne rendent plus la justice au nom du peuple français mais au nom de la destruction des libertés et de l’identité française.

Aujourd’hui l’Etat ne fait plus la France, il l’a défait. L’Etat est devenu un instrument au service de l’invasion de la France quand il finance des mosquées, subventionne des associations antinationales et reloge des étrangers clandestins, coupeurs de routes et incendiaires, dans le plus grand mépris de l’équité et de la démocratie.

Oui, il faut se placer dans une logique de dissidence, de résistance !

Oui, il faut mettre en cause les acteurs les plus actifs de l’islamisation et de l’invasion !

C’est pour cela que nous envisageons de créer un prix Papon pour récompenser les collabos les plus actifs de l’immigration invasion. Les candidats sont d’ores et déjà nombreux. Voici les premières candidatures :

• le préfet du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, qui a réprimé les patriotes comme le général Piquemal, protégé les coupeurs de route, justifié les incendies volontaires dans la jungle par « une tradition venue des pays d’origine des migrants » – et qui, pour finir, est allée s’assurer en Bretagne que tout se passait bien pour ses petits protégés. On en a tondues pour moins que

• le préfet d’Ile-de-France, Jean-Louis Carenco, qui annonce l’installation dans sa région de 69 foyers de « migrants », c’est-à-dire d’étrangers illégaux, c’est-à-dire d’envahisseurs. Et, pour se faire bien comprendre, il ajoute : « Ils gueulent ? Je m’en fous ! », montrant ainsi son mépris pour les élus et les citoyens. Voilà un homme qui mériterait d’être accueilli partout où il passe par des conduites de Grenoble.

• sans oublier le conseiller d’Etat immigrationniste Thierry Tuot, apôtre de la régularisation de tous les clandestins et promoteur du burkini sur les plages.

Voilà des gens qui ne devraient pas connaître le repos !

Mais la dissidence, c’est l’affaire de tous, c’est donc votre affaire. C’est à vous d’agir dans votre village, dans votre rue, dans votre quartier, à l’école de vos enfants.

C’est à vous de ne pas accepter l’inacceptable ! C’est à vous de refuser le halal, les mosquées, les foyers de clandestins, les subventions aux officines politiquement correctes, les manifestations de propagande du lobby homosexualiste, les aberrations de la théorie du genre, les éoliennes. C’est à vous de dénoncer les juges, les préfets et les maires qui promeuvent l’invasion, saccagent notre patrimoine et détruisent tous les repères.

Comment ? C’était précisément l’objet de ce Forum de la Dissidence : légitimer les actions de contestation mais aussi fournir aux contestataires les armes juridiques et pratiques de leurs actions.

Vous avez écouté nos intervenants. Vous pouvez aller sur leur site. Il n’y a pas d’excuse à l’inaction. Allons plus loin : entreprises, associations, syndicats, administrations ne peuvent faire leurs mauvais coups que parce qu’ils les cachent avec la complicité des médias. Il nous faut, il vous faut faire émerger les faits dérangeants ; débusquer les petits privilèges des tenants du politiquement correct ; dévoiler les projets d’implantation de foyers de « migrants » ; faire connaître leurs exactions cachées ; dénoncer les subventions scandaleuses.

Nous avons besoin de lanceurs d’alerte : soyez des lanceurs d’alerte ! Informez les médias alternatifs !

Révoltez-vous !

Voir aussi :

Première partie
Deuxième partie
Troisième partie

Lien du PDF pour l’ensemble des quatre articles cliquer ICI