Articles

Et si l’on donnait la parole aux Français ? (X)

Et si l’on donnait la parole aux Français ? (X)

Print Friendly

Polémia - Rediffusion

Chronique de Michel Geoffroy.

♦ La proportion des personnes interrogées qui disent avoir une bonne opinion du chef de l’Etat atteint péniblement les 18%.


La chute normale

Seulement 17% des personnes interrogées font confiance à François Hollande pour résoudre les problèmes de la France (sondage TNS Sofres-Sopra Group du 27 février au 3 mars 2014).

Seulement 18% des personnes interrogées déclarent avoir une bonne opinion de François Hollande comme président de la république (baromètre mensuel IFOP des 4 au 12 avril 2014).

52% des personnes interrogées ont qualifié les deux ans de François Hollande à l’Elysée comme « très négatives », 34% les ont estimées « d’assez négatives », soit un total de 86%, alors que 13% les ont jugées « assez positives » et seulement 1% « très positives ».

56% des personnes interrogées se déclarant sympathisantes de gauche jugent que François Hollande « n’est pas assez de gauche » (sondage BV/iTélé/CQFD/Le Parisien des 24 et 25 avril 2014).

La cote de popularité du président V. Poutine atteint 80% en Russie (sondage institut Levado des 12 au 24 mars 2014).

Le rebond Valls ?

41% des personnes interrogées déclarent faire confiance au nouveau premier ministre Manuel Valls, contre 47% qui sont d’opinion contraire (enquête CSA/Les Echos/Radio classique des 1er et 2 avril 2014) ; 47% des personnes interrogées ont une opinion négative de Manuel Valls selon le sondage LH2 des 15 et 16 mai, soit 4 points de moins par rapport au précédent sondage.

79% des personnes interrogées désapprouvent la nomination du premier secrétaire du parti socialiste, Harlem Désir, au sein du gouvernement (sondage BVA/iTélé/CQFD des 10 et 11 avril 2014).

59% des personnes interrogées estiment que Ségolène Royal est plutôt un handicap qu’un atout pour François Hollande (sondage BVA/iTélé des 15 et 16 mai 2014).

La défiance vis-à-vis de l’Union européenne

83% des personnes interrogées jugent que l’action de l’Europe est peu ou pas efficace (sondage BVA/Le Parisien-Aujourd’hui en France mars 2014).

63% des personnes interrogées estiment que l’Union européenne est un gaspillage de l’argent des contribuables (sondage IPSOS/Steria Le Monde/Cevipof/Terra nova du 12 au 14 mai 2014). Seules 32% des personnes interrogées déclarent se sentir « autant français qu’européen » (sondage IPSOS/Steria Le Monde/Cevipof/Terra nova du 12 au 14 mai 2014).

59% des personnes interrogées estiment que « privilégier des produits ou des entreprises français dans le contexte actuel de la mondialisation … est efficace pour redresser l’économie française » (sondage CAS Les Echos/Radio classique des 2 et 3 mai).

70% des personnes interrogées déclarent approuver le décret sur le patriotisme économique défendu par Arnaud Montebourg dont l’action n’est cependant pas jugée efficace par 65% des personnes interrogées (sondage BVA/iTélé/Le Parisien-Aujourd’hui en France des 15 et 16 mai 2014).

Sarkozy le retour ?

58%des personnes interrogées estiment que Nicolas Sarkozy n’aurait pas fait mieux que Hollande s’il avait été réélu (sondage CSA/Nice Matin du 22 au 24 avril 2014).

63% des personnes interrogées déclarent ne pas désirer une candidature de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2017 (sondage IFOP/Fiducial/iTélé du 2 au 15 mai 2014).

 

Michel Geoffroy
23/05/2014

Voir ou revoir :

Et si l’on donnait la parole aux Français ? (I)
Et si l’on donnait la parole aux Français ? (II)
Et si l’on donnait la parole aux Français ? (III)
Et si l’on donnait encore une fois la parole aux Français ? (IV)

Et si l’on donnait encore une fois la parole aux Français ? (V)
Et si l’on donnait la parole aux Français ? (VI)
Et si l’on donnait la parole aux Français ? (VII) 
Et si l’on donnait la parole aux Français ? (VIII)
Et si l’on donnait la parole aux Français ? (IX)

Correspondance Polémia – 26/02/2014

Image : « C’est encore profond ? »

* Cet article a été initialement publié le 26/02/2014. C’est l’été : Polémia ralentit ses mises en ligne de nouveaux textes et rediffuse de plus anciens avec un mot d’ordre : “Un été sans tabou”. Voici donc des textes chocs aux antipodes du politiquement correct, des réflexions de fond sans concession et à la rubrique médiathèque, des romans et des essais à redécouvrir.