Articles

Et si la France rejoignait l’Organisation de Shanghai ?

Et si la France rejoignait l’Organisation de Shanghai ?

Print Friendly

Alexandre Latsa, analyste, commentateur et écrivain français vivant à Moscou.

♦ Dans une logique gaullienne qui envisagerait un nouvel équilibre d’alliances tout en conservant une authentique souveraineté stratégique, la politique étrangère française pourrait envisager une voie diplomatique originale et se rapprocher de l’Organisation de la coopération de Shanghai

Dans un monde dont le centre de gravité se déplace de plus en plus rapidement vers l’Asie, et alors que la Chine est prête à assumer son statut de première puissance planétaire, la France pourrait prouver que l’Europe se souvient que son prolongement géographique naturel est l’Asie.


Environ 45 ans après la fin du cycle historique que constitua la « grande guerre mondiale de 30 ans » (1914-1945), la victoire de l’Amérique et du « monde libre » sur l’Union soviétique a sans doute été rendue possible par la diffusion globale de l’American way of life, très habilement diffusée via un outil de propagande redoutable et historiquement encore inégalé: Hollywood.

L’Amérique surfait aussi sur ses authentiques succès, et son image d’après-guerre était illustrée par un cliché plutôt juste :  l’Américain du milieu des années 1960 était l’homme le plus riche et le plus heureux du monde. Son mode de vie était envié et son avenir radieux semblait assuré, grâce au formidable essor économique de son pays. Si l’Amérique n’avait pas encore gagné militairement ni politiquement la guerre froide, elle avait déjà conquis les cœurs de la majorité des habitants de la planète, et pas seulement dans le monde occidental et européen.

La chute de l’Union soviétique semblait avoir ouvert un boulevard civilisationnel infini, qui aurait dû théoriquement permettre à la planète entière de devenir une copie de l’Amérique, au fur et à mesure que la domination de l’hyperpuissance se confirmait. Pourtant, le développement de cette politique de puissance et d’influence n’a pas toujours été très habile, et il a rencontré des difficultés imprévues.

Historiquement, cette hyper-extension de la puissance planétaire s’est pourtant accompagnée d’un affaiblissement de sa position dominante en tant que modèle. Elle n’a pu ni prévoir, ni empêcher l’extraordinaire essor de la Chine, et l’attentat du 11 septembre a bouleversé sa politique étrangère en l’engageant dans une lutte quasi civilisationnelle contre l’islam radical.

Ce nouveau conflit de civilisations a brisé le rêve d’un monde dominé par le modèle américain. Comme symbole de la nouvelle Amérique, l’image du Californien heureux et souriant a laissé la place à l’image d’un Texan prétentieux et vindicatif appelant à utiliser l’armée américaine à tout bout de champ pour régler tous les problèmes de la planète.

La crise financière de 2008 a sans doute porté un coup fatal au « modèle américain pour le monde ». Derrière la façade reluisante des banques et du capitalisme triomphant, la crise des subprimes a dévoilé un monde d’usuriers et d’escroqueries à grande échelle, avec des faillites de banques et de fonds de retraite. Parallèlement à cette évolution, l’émergence de nouveaux acteurs régionaux s’accélère: le capitalisme libéral dont l’Amérique s’était servie pour dominer économiquement l’Ile-monde connaît de nouveaux développements dont le centre de gravité n’est plus en Amérique.

Pour la France, qui appartient à la civilisation européenne et actuellement au bloc politique, économique et militaire américano-centré, cette évolution pourrait être fondamentale et sans doute justifier que soit repensée notre politique extérieure.

Membre de l’Otan, possédant une forte communauté musulmane, la France est régulièrement impliquée, via des dispositifs techniques contraignants, aux velléités de la politique étrangère de Washington, surtout depuis qu’elle est redevenue un acteur de la coalition occidentale et de l’Otan.

Cette alliance d’un autre temps (celui de la guerre froide), dont la raison d’être est discutable puisque le Pacte de Varsovie n’est plus, se cherche en permanence de nouveaux ennemis. Ceci permet à l’Amérique d’étendre de manière continue sa sphère d’influence et de domination économique, tout en mettant de plus en plus souvent ses membres et alliés en porte-à-faux avec un nombre croissant d’acteurs mondiaux.

Dans une logique gaullienne qui envisagerait un nouvel équilibre d’alliances tout en conservant une authentique souveraineté stratégique, la politique étrangère française pourrait envisager une voie diplomatique originale et se rapprocher de l’Organisation de la coopération de Shanghai (OCS).

Cette organisation, créée en 2001 par le tandem russo-chinois (déjà) et cinq autres membres fondateurs (Kazakhstan, Kirghizstan, Tadjikistan et Ouzbékistan) comprend à ce jour également cinq États observateurs (Afghanistan, Inde, Iran, Mongolie et Pakistan) et trois États partenaires de discussion : la Biélorussie, le Sri Lanka et la Turquie. Le sommet de l’OCS qui se tiendra cette année en Russie, au cœur de la région musulmane du Bachkortostan, pourrait voir l’Inde et le Pakistan obtenir le statut de membre complet, permettant ainsi à l’organisation de compter trois des BRIC.

Ce géant, assez méconnu en France, représente un cartel politique non occidental de 37,5 millions de km² comprenant plus de 40% de la population mondiale et disposant de 20% des ressources mondiales de pétrole, 38% du gaz naturel, 40% du charbon, et 50% de l’uranium.

L’organisation, qui n’est pas une alliance militaire, se veut avant tout antiterroriste et axée sur la zone géographique eurasiatique, asiatique et pacifique. La France pourrait, en se rapprochant de l’OCS, devenir la première puissance européenne membre stricto sensu et ainsi conforter ses positions à trois niveaux différents :

1) affirmer ses ambitions en Asie-Pacifique sans y laisser l’exclusivité à l’Amérique en tant que puissance occidentale ;

2) réitérer son statut de puissance continentale et euro-eurasiatique, prouvant ainsi que toutes les nations européennes ne sont pas mues par une unique dynamique atlantiste et tournée vers l’Ouest. Ce choix pourrait se révéler doublement judicieux au moment où l’Eurasie semble se structurer, notamment avec l’Union eurasiatique ;

3) assurer une relation privilégiée avec la Russie au sein de ce dispositif et détruire ainsi la logique en cours qui tend à opposer, demain, ce bloc de Shanghai (russo-asiatique) au bloc de Washington (euro-américain), en évitant ainsi que ne réapparaisse une logique bipolaire similaire à celle que le monde a connue de 1945 à 1991.

Dans un monde dont le centre de gravité se déplace de plus en plus rapidement vers l’Asie, et alors que la Chine est prête à assumer son statut de première puissance planétaire, la France prouverait ainsi que l’Europe se souvient que son prolongement géographique naturel est l’Asie.

L’Hexagone a tout intérêt à en tenir compte pour « peser » dans le monde de demain, face aux géants qui écriront l’histoire au sein de la région Asie/Pacifique.

Alexandre Latsa
23/03/2015

Source : Sputnik France

Voir sur Polémia :
Les perspectives de l’Organisation de Coopération de Shanghai en Afghanistan
OCS et OCI : les discrètes coopérations aux frontières de l’Europe

Correspondance Polémia – 29/03/2015

Image : Le triangle Russie-Inde-Chine mettra un terme à l’hégémonie des USA.