Articles

DSK au FMI et Cahuzac à la Commission des finances / Des candidats de Sarkozy

DSK au FMI et Cahuzac à la Commission des finances / Des candidats de Sarkozy

Print Friendly

Paradis fiscaux et fraudes fiscales.

Dans la ligne du récent article de Michel Geoffroy (*) qui montre avec forte pertinence la collusion occulte mais efficace de la droite et de la gauche qui ont renoncé l’une et l’autre à toute alternative politique pour aller de concert dans la même direction, Polémia a relevé chez son confrère le site Metamag une analyse de Michel Lhomme qui explique avec une grande clarté la raison d’être des paradis fiscaux, conséquences inévitables des fraudes fiscales pratiquées en Europe. Par la même occasion, on comprendra aisément pourquoi les grandes résolutions prises au cours des G(x) en tout genre ne sont jamais suivies d’effet.
Polémia


Jusqu’à présent la presse n’a jamais rappelé que DSK avait été nommé à la Direction du FMI et Jérôme Cahuzac à la présidence de la commission des finances de l’Assemblée Nationale, avec l’approbation de Nicolas Sarkozy et de l’UMP au nom de l’ouverture, de leurs compétences et de leur honnêteté. Jean-François Copé comme François Fillon ont été, à ce moment, subitement muets, comme l’ensemble de l’UMP et du PS.

Le cas Cahuzac à peine digéré, on apprend que le nom de Jean-Jacques Augier, propriétaire de Têtu et trésorier de François Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012, apparaît dans des documents concernant des sociétés localisées aux îles Caïmans… Audrey Pulvar, déclare sur D8 : « Tous les gens de ma génération qui ont entre quarante et cinquante ans, on a l’impression d’avoir été cocufiés par la gauche depuis trente ans… Ils n’ont cessé de nous décevoir, de nous cocufier, de nous mentir… ». L’UMP n’est pas en reste avec Eric Woerth.

Offshore Leaks : a triumph for data journalism ( Editors Weblog, 24/04/2013)

Offshore Leaks : a triumph for data journalism  (EditorsWeblog, 21/04/2013)

L’Affaire Cahuzac déborde par le volet Offshore Leaks qui dispose de plus de 2,5 millions de documents concernant des sociétés offshore. Le Consortium international des journalistes d’investigation ICIJ, basé à Washington, dispose de plus de 2,5 millions de documents concernant des sociétés offshore. Avec ses partenaires travaillant dans près de 40 pays, il a présenté  les premiers résultats de l’analyse de ces données. Obtenues sous forme informatique, elles occupent 260 Gigabytes, soit un volume 160 fois plus important que les câbles diplomatiques américains publiés par Wikileaks en 2010. Les Offshore Leaks contiennent également une quantité d’informations bien supérieure à toutes les fuites de données bancaires, passées ces dernières années de Suisse vers l’Allemagne ou la France.

Il y a plus d’un an, un paquet a été envoyé anonymement par la poste à une adresse en Australie. Le disque dur qui se trouvait à l’intérieur a ensuite été transmis à l’ICIJ. Les millions de données qu’il contenait – des contrats et des fax numérisés, des copies de passeports, des e-mails, de la correspondance bancaire et de nombreux autres documents – sont issus de deux sociétés spécialisées dans les domiciliations offshore : Commonwealth Trust Limited, à Tortola, dans les Îles Vierges britanniques et Portcullis Trustnet, basée à Singapour, qui est active dans une douzaine de juridictions, comme les Îles Cook, les Îles Caïman ou Samoa. Ces juridictions offshores comptent parmi les plus opaques du monde.

Depuis plusieurs mois, plus de quatre-vingts journalistes du monde entier travaillent sur cette gigantesque masse de données. Il s’agit notamment de décortiquer les montages financiers internationaux, souvent complexes, et de mettre en contexte ces informations. Les pistes à suivre son innombrables, car les données concernent environ 122 000 entités (sociétés, trusts, etc.). Celles-ci sont reliées à plus de 130 000 personnes dans 140 pays. Près de 12 000 intermédiaires ont contribué à créer ces entités, le plus souvent pour le compte de leurs clients. Une partie de ces sociétés offshore et de ces trusts a clairement servi à placer des avoirs à l’abri des autorités fiscales.

Plus de 35 médias de toute la planète dévoilent dès aujourd’hui leurs investigations sur les Offshore Leaks. En Suisse, trois journalistes ont eu accès à

Plus de 35 médias de toute la planète dévoilent dès aujourd’hui leurs investigations sur les Offshore Leaks.

Plus de 35 médias de toute la planète dévoilent dès aujourd’hui leurs investigations sur les Offshore Leaks.

l’ensemble de ces données. De Genève à Saint-Gall, de Bâle à Lugano, les Offshore Leaks concernent environ 300 personnes et 70 sociétés. Parmi elles, une vingtaine de banques suisses et de nombreux intermédiaires financiers ont passé commande de milliers de sociétés offshores, destinées à abriter les comptes de leurs clients étrangers. L’UBS a ainsi ouvert au moins 2 900 sociétés dans une douzaine de juridictions, via Portcullis Trustnet. Le Crédit Suisse a fait de même en créant plus de 700 sociétés. Des e-mails internes montrent aussi comment la filiale du Crédit Suisse, Clariden Leu, a fait pression sur Trustnet pour créer de sociétés écrans si opaques qu’elles cachaient totalement l’identité de ses clients. Selon cet accord spécial, seul le nom de la banque était connu de Trustnet, et non celui du client (**).

En Belgique, les noms d’une centaine de personnalités ont commencé à circuler et la liste menace d’être explosive pour la coalition gouvernementale déjà très fragile.

Les paradis fiscaux sont la conséquence inévitable de la fraude fiscale pratiquée dans les Etats européens. Depuis 1981, les hommes politiques français, de quelque bord qu’ils soient, n’ont cessé de planquer leur argent dans les territoires et  départements français d’outre-mer (St-Martin, St-Barth, la Polynésie et même la riche Nouvelle Calédonie) ainsi que dans les paradis fiscaux des Caraïbes, des Îles Caïman & Consorts.

D’ailleurs pourquoi aller si loin quand les paradis fiscaux se trouvent à l’intérieur de l’Union Européenne ?

 Michel Lhomme
Metamag.fr
15/04/2013

 Notes de la rédaction

(*) Dix thèses sur la fin prochaine de la droite et de la gauche
(**)  Au vu de ces appareils de recherche et de contrôle, on peut légitimement s’interroger sur la sincérité de François Hollande et de Pierre Moscovici quand ils affirment ne rien savoir des manœuvres financières de l’ancien ministre Cahuzac.

Correspondance Polémia – 20/04/2013

Image : Caraïbes – 1286 (Iles Vierges britanniques)
Crédit photo : par LILI1296 via Flickr (cc)