Articles

Cour Nation Asile

Droit d’asile, Etat de droit et souveraineté

Print Friendly

Eric Delcroix, juriste, écrivain et essayiste.

Le ministre de l’Intérieur estime qu’il faut « réformer » le système d’asile pour le « sauver », parce qu’il est « utilisé à des fins d’immigration ». Manuel Vals, ministre de l’Intérieur, 28/11/2013 (*) – (Source AFP)
– – – –

Le spectacle de masses issues du tiers-monde et se lançant à l’assaut d’une Europe moralement pantelante illustre le roman prophétique de Jean Raspail, Le Camp des saints (1973). Rien n’y manque : ni l’arrogance des envahisseurs (V de la victoire, etc.), ni la trahison des militants humanitaires ainsi que des élites politiques et religieuses.
C’est que les envahisseurs disposent d’une arme absolue contre l’Occident, à savoir notre dégradante pitié. (ED)

_____________________________________________________________________

De la licence souveraine à l’Etat de droit

Dans les temps modernes, le droit d’asile n’en était pas un à proprement parler. Il ne s’agissait que d’une licence à la discrétion du gouvernement, en principe soucieux de sa souveraineté.

La Deuxième Guerre mondiale et ses suites (1944-1947) ont provoqué une catastrophe humanitaire sans précédent en Europe, avec le gigantesque nettoyage ethnique dont ont été victimes les populations allemandes des territoires de l’Est et la fermeture du Rideau de fer.

Un véritable droit a alors été créé au profit de ces seules populations et au regard de ces seuls événements : ce fut la Convention de Genève de 1951. Ce droit s’est généralisé ensuite avec le Protocole de New-York de 1967 et l’élargissement de la Convention en 1971, au nom de la morale et de l’humanité.

Les législations nationales se sont adaptées en conséquence, quittes à en rajouter à l’envi. Les prétendus réfugiés ont gagné des droits subjectifs qu’ils peuvent opposer devant les juridictions nationales ou internationales à l’Etat qui a ainsi abdiqué son pouvoir souverain. N’importe quel déserteur de n’importe quelle guerre exotique peut réclamer, exiger, tout en étant pensionné, soigné et sans dire merci. Le mythe de l’Etat de droit, transcendant l’Etat national souverain petit à petit depuis 1945, et le nouvel ordre moral subséquent ont abouti à notre impuissance publique et à une dangereuse propension à la culture de la pleurnicherie.

Les personnes qui pourraient véritablement aspirer à l’asile politique, dans la tradition antérieure et souveraine, tels Edward Snowden (notre bienfaiteur) ou Julian Assange sont évidemment hors jeu. Terminé. On fait dans l’humanitaire et la bien-pensance…

Volonté politique et héroïsme de l’immoralité

Les propos reprochés à Jean-Marie Le Pen, en avril, pour la « réconciliation des Français », y compris pétainistes, et la nécessité de « sauver l’Europe boréale et le monde blanc », ne relèvent que d’un nationalisme benoît, par rapport au discours que les opposants à l’invasion humanitaire devraient assumer.

Et de fait, aucun parti, aucun personnage politique en vue, n’ose promouvoir tout simplement la dénonciation, par la France et les pays européens, de la Convention de Genève de 1951 et de la Convention européenne des droits de l’homme. Subsidiairement, aucun responsable politique français n’ose proposer au moins la suspension de tout asile politique pour les personnes issues du tiers-monde, par exemple pour un moratoire de un à cinq ans.

Nos nations, nos ethnies, nos natures propres sont menacées de dissolution et on n’entend qu’un discours sirupeux de chaisières et bonnes sœurs, puissamment relayé par les médias et les juges caporalisés.

Le pape François est allé nous faire la leçon en se rendant à Lampedusa, avec l’approbation quasi générale. Mais le Vatican, aussi vaste que Lampedusa, n’a pas signé la Convention (pas folle la guêpe !). Au lieu de repousser les embarcations des immigrants indésirables, toutes les flottes européennes vont au secours de l’envahisseur. Nos Mistral perdants, s’ils sont repris au rabais par l’OTAN, ne devraient-ils pas être baptisés Mère Theresa et Sœur Emmanuelle ?

Des crétins, par anticommunisme, se sont réjouis quand, symboliquement, l’Allemagne réunifiée a condamné quelques gardes-frontières de la défunte RDA – au nom du mythe l’Etat de droit, bien sûr (car ils étaient en règle avec leur législation), et de la théorie dite des « baïonnettes intelligentes » (cf. Nuremberg). On ne peut plus tirer sur un adversaire qui viole une frontière, pourvu qu’il ait pris la précaution, paradoxalement belliqueuse en ces temps de décadence, de ne pas s’être armé… Et alors ? A mains nues contre des fusils d’assaut ? En Europe c’est peinard !

Quel responsable héroïque aura le courage de l’immoralité salvatrice en demandant que l’on tire et « qu’un sang impur abreuve nos sillons » frontaliers ? Hubert Védrine tout de même (Le Monde, 13 mai) a eu le courage de déclarer : « Un recours à la force sera à un moment ou à un autre inévitable ».

Comme dans l’épilogue du Camp des saints, ce sera sur lui que l’on tirera et les baïonnettes de l’adage sauront être serves.

Eric Delcroix
29/08/2015

Note de la rédaction : Voir aussi
– Maître Barbemolle juge du droit d’asile
– Manuel Valls veut réformer un droit d’asile qui « explose »

Correspondance Polémia – 29/08/2015

Image : Cour nationale du droit d’asile