Articles

« Discipline et liberté : l’échelle sainte de Jean Climaque » par Ivan Blot

Discipline et liberté : « L’échelle sainte » de Jean Climaque par Ivan Blot

Print Friendly

*********************

**************************

AGIR POUR LA DEMOCRATIE DIRECTE
ET INSTITUT NEO SOCRATIQUE

73, rue de la Faisanderie 75116 PARIS. Courriel : atheneion@free.fr
Site web :www.democratiedirecte.fr
Tél : 06 88 75 36 13

 PROCHAINE CONFERENCE

Le lundi 7 avril à 19 h précises

      A l’association « Dialogue Franco-Russe »
120, Champs-élysées 75008 PARIS


L’HERITAGE SPIRITUEL EUROPEEN

Discipline et liberté : L’échelle sainte de Jean Climaque

par Ivan Blot

Dans son dernier livre « the Fatal Conceit, the Errors of Socialism» ? (la prétention fatale, les erreurs du socialisme *), le prix Nobel Hayek  écrit : « la vraie force qui s’oppose à la passion n’est pas la raison mais la morale traditionnelle ». La raison n’a pas d’énergie en elle-même. De plus, comme l’homme n’est pas capable de comprendre la sagesse contenue implicitement dans les traditions, la raison cherche à « libérer » l’homme des fardeaux de la civilisation, le travail discipliné, la responsabilité, l’honnêteté, la prise de risque, l’épargne. La raison vient au secours des instincts et favorise ainsi dans son inconscience le retour à la barbarie : c’est ce qu’Hayek reproche en profondeur au socialisme.

« Comment les traditions bénéfiques furent elles protégées de l’opposition des instincts et des assauts de la raison ? On en vient à la religion **».  Les religions qui ont été sélectionnées par l’histoire sont celles qui défendaient la famille, la propriété, la tribu ou la nation : l’exemple juif est très typique. Sans leur religion, les Juifs auraient-ils survécu en tant que peuple ?

Hayek est un agnostique et il note que les vérités religieuses qu’il appelle « vérités symboliques » ne peuvent être validées scientifiquement. Aucune importance si elles nous conduisent à bien agir. Ce qui importe est la qualité de l’action, non des opinions, pense-t-il. De bonnes actions pour de faux motifs peuvent sauver un homme et une société.

La tradition occidentale est celle du christianisme avec un Dieu personnel. Voyons dans notre tradition spirituelle ce qui a permis de développer notre civilisation. Tout d’abord, voyons l’impact de la religion sur la morale, donc sur le comportement. A notre avis, un livre magistral, chrétien mais aussi pénétré de philosophie grecque, L’échelle sainte  de saint Jean Climaque, nous parait donner un vrai résumé de l’éthique dominante de la civilisation européenne issue des Grecs et de l’empire romain. Ce livre a été écrit au 7e siècle, donc il est commun aux orthodoxes et aux catholiques puisque le schisme entre les deux églises date de 1054.

Jean Climaque fut higoumène du monastère sainte Catherine du Buisson (Batos) dans le Sinaï. Son livre qui traite de l’amélioration morale, des disciplines qui mènent à la sainteté, est divisé en trois parties : le combat contre le monde futile (sept premiers degré), le combat contre soi-même c’est-à-dire contre ses propres vices (du 8e au 23e barreau de l’échelle), et le combat pour Dieu lequel est charité (du 24e au 30e et dernier degré). La dimension guerrière du livre est indiscutable : c’est très grec ! Mais il s’agit de guerre spirituelle, bien sûr. Chaque barreau de l’échelle représente une étape, une épreuve dont il faut triompher. C’est une sorte de jeux olympiques spirituels !

Au troisième degré, Climaque cite la fameuse phrase de Matthieu (10, 34) : « je ne suis pas venu, dit le Seigneur, apporter la paix sur la terre, mais la guerre et le glaive », c’est-à-dire ajoute saint Jean Climaque, séparer les amis de Dieu des amis du monde, les charnels des spirituels, les amis de la gloire d’avec les humbles. Car le Seigneur se réjouit des conflits est des séparations quand ils viennent de l’amour que l’on a pour lui.

La religion a alors deux volets : l’un purement charitable et l’autre (charitable aussi mais d’une autre façon) combatif ! C’est le combat contre le mal, oublié par une partie d’un clergé bouffi de niaiserie.

Ce combat est la transcription au niveau spirituel du vieux combat éducatif grec de la « paidéia » avec son idéal humaniste du Kalos Kagathos (beau et talentueux). Mais cette paidéia est chrétienne donc centrée sur l’imitation du Christ : le Christ, dans les églises orthodoxes est peu représenté comme Christ souffrant (figure dominante en Occident seulement après le 12e siècle). Il est représenté comme un empereur bénissant (bonté) et tenant un livre ouvert (sagesse). C’est cette alliance de la bonté et de la sagesse, du cerveau affectif, c’est-à-dire du « cœur » et de l’intellect qui devient le modèle éducatif.

Cette tradition d’ascèse (exercice en grec) qui vient des philosophes grecs et qui est christianisée, inspire notre civilisation jusqu’à aujourd’hui. Le clerc et l’aristocrate militaire dominent la société jusqu’au dix-neuvième siècle. L’effondrement actuel des deux fonctions souveraine et guerrière au seul profit de la seule troisième fonction dans sa dimension marchande engendre le matérialisme et la décadence que nous connaissons à présent. Une nouvelle religion matérialiste qui ne se dit pas comme telle se met en place et cette décadence nous menace de mort. Seule la tradition permettra aux forces de vie de l’emporter.

A très bientôt ! Amicalement

Ivan Blot
21 mars 2014

Notes :

(*) Traduction française, PUF, 1988
(**) op. cit. p. 136

Correspondance Polémia – 1/04/2014

Image : saint Jean Climate et L’échelle sainte