Articles

Baccalaureat 2016

De l’argent pour venir à l’école

Print Friendly

Pierre Duriot, enseignant du primaire.

♦ Disponible sur le site gouvernemental de l’Education nationale (1), une nouvelle mesure prévoit une bourse de 1000 euros pour les lycéens reprenant leurs études après les avoir arrêtées au moins cinq mois.

Peu de polémique encore mais le député Eric Ciotti a été le premier à réagir en dénonçant avec « la plus grande force cette mesure qui exprime, une nouvelle fois, la réticence idéologique de la gauche française à l’expression de toute forme d’autorité et traduit une dangereuse inversion des valeurs ».


La mesure serait presque passée en catimini mais quelques pédagogues ont sursauté à l’annonce de cette nouvelle idée parue début juin. Les élèves de 16 à 18 ans, sortis donc de l’obligation scolaire, reprenant leurs études après les avoir arrêtées durant cinq mois pourront recevoir une prime de 1000 euros (2) sur l’année. A condition toutefois qu’ils soient boursiers, ce qui est très souvent le cas. Pas plus de 5 % des élèves décrocheurs sont des enfants de cadres et on en compterait environ 620 000 en France, âgés de 18 à 24 ans. Les élèves issus de ces mêmes milieux populaires restant sagement au travail entre 16 et 18 ans, ne toucheront par contre rien de particulier. On peut donc voir un genre de prime aux élèves les moins sérieux, ce qui peut apparaître pour le moins saugrenu de la part d’un gouvernement. Mais les interrogations suscitées méritent que l’on se penche un peu sur les tenants et aboutissants d’une mesure qui surprend les professeurs.

Le décrochage d’un élève témoigne de plusieurs types d’avatars. Soit les parents de l’intéressé, encore mineur, n’ont pas suffisamment d’autorité pour lui intimer son obligation de travail. Et nous savons tous que l’autorité parentale est un thème revenant souvent dans les problématiques scolaires, de délinquance, ou de vagabondage des enfants. On l’a vu avec de spectaculaires arrêtés municipaux interdisant les rues nuitamment à des enfants non accompagnés.

Soit l’école n’est pas suffisamment intéressante pour le jeune, ce qui pourrait être un argument valable, encore que cette école garde encore en son sein la très grande majorité des élèves, bien que son côté « inintéressant » soit le même pour tout le monde. Enfin, et en augmentation, les cas de harcèlement seraient aussi moteurs de décrochage, comme il peut l’être constaté dans des structures d’accueil et là on touche aux dimensions de la sécurité et du respect de l’autorité qui deviennent des items de plus en plus prégnants faute d’être traités avec réalisme.

Plus classiquement, il y a les accidents de la vie, comme le montrent les statistiques sur les profils des enfants décrocheurs. Issus de familles nombreuses, avec des parents peu diplômés, ayant subi des divorces, des recompositions familiales des maladies ou des décès… Mais encore, on y croise des enfants à la scolarité chaotique depuis l’école primaire, avec un redoublement, un mauvais apprentissage de la lecture et autres fondamentaux. Dans ce cas là, il y aurait sans doute plus à réfléchir sur la qualité de l’enseignement en amont que de donner des primes sèches en argent pour s’exonérer des défauts du système. Il est vrai que ces parcours scolaires coûtent déjà très cher. « Les coûts associés au décrochage d’un jeune, cumulés tout au long de sa vie, sont estimés à 230 000 euros. Pour les 140 000 décrocheurs comptabilisés chaque année, cela équivaut à cumuler plus de 30 milliards d’euros de dette », écrit Le Monde en novembre 2014.

Mais alors que les causes du décrochage et les analyses des parcours de ces élèves sont très largement connues on peut se demander à quoi rime une telle prime. Les expériences de raccrochage menées expliquent toutes qu’il faut revoir le côté trop académique de l’enseignement, le rattacher à la pratique, mettre en valeur des qualités autres que les capacités d’abstraction et de symbolisation requises pour arriver au bac et après.

Du côté même du jeune, on a du mal à imaginer l’appât d’un gain de 1000 euros sur une année comme une motivation suffisante pour reprendre un parcours de vie. Soit il est sincère dans son désir de reprendre des études, auquel cas il souhaite un apprentissage sous une autre forme que celui qui lui a fait fuir l’école. Soit il veut simplement gagner de l’argent et des jobs plus ou moins avouables de quartiers urbains rivalisent tranquillement avec cette prime en matière de rémunération.

L’aspect philosophique de la mesure renvoie lui aussi a quelque chose de délétère dans un pays où l’enseignement est disponible de manière quasi gratuite jusqu’au bac et est considéré, non comme une brimade mais comme un bienfait apporté aux jeunes, par opposition à d’autres pays dans lesquels le travail du jeune, voire du très jeune, est rendu nécessaire pour nourrir une famille. Le risque est de retrouver les traditionnels arguments revenant en boucle avec ce gouvernement accusé de laxisme, de nivellement par le bas, d’inversion des valeurs et de prime à l’oisiveté, si ce n’est à la délinquance. Comment ne pas, en effet, entrevoir quelques dérives ? Avant tout, ce genre de mesure signe une série d’échecs : parentaux, éducatifs, scolaires, régaliens et la main à la poche évite à la fois les réformes et les questionnements. L’un de mes petits élèves, décrocheur, lui, dès le CP, m’expliqua cela très bien avec des mots d’enfants en posant une Game-boy sur mon bureau : « Tu as vu ce qu’il m’a offert mon père ? C’était ton anniversaire ? Non c’est pour que je sois sage à l’école. Et tu es sage ? Ben non, sinon j’aurai plus rien ».

Pierre Duriot
13/06/2016

Source : Atlantico.fr

Notes :

(1) Ci-dessous : reproduction du site Education.gouv.fr
http://www.education.gouv.fr/cid151/aides-financieres-au-lycee.html

(2) La bourse pour les 16-18 ans qui reprennent leurs études

Les jeunes de 16 à 18 ans qui ont abandonné leur formation et reprennent des études à finalité professionnelle peuvent bénéficier d’un complément de la bourse de lycée, à partir de la rentrée 2016.

Ce complément peut être attribué aux jeunes qui :

  • reprennent leurs études après une interruption de scolarité d’au moins cinq mois
  • ont droit à une bourse nationale de lycée au moment de leur reprise d’études

Cette bourse est composée d’une prime fixe qui s’ajoute à la bourse de lycée. Au total, le montant annuel versé est au moins de 1000 euros par an.

Elle est versée en trois fois.

Une démarche en trois temps

1 – S’inscrire dans un lycée pour reprendre une formation
2 – Se renseigner sur le droit à bourse auprès du secrétariat de l’établissement d’accueil
3 – Faire sa demande de bourse

Correspondance Polémia – 15/06/2016

Image : une épreuve de l’écrit au baccalauréat (Juin 2016)