Articles

Dalil Boubakeur et les églises : un choc religieux autant que culturel

Dalil Boubakeur et les églises : un choc religieux autant que culturel

Print Friendly

Frédéric Saint Clair est mathématicien et économiste de formation. Il a été chargé de mission auprès du premier ministre pour la communication politique (2005-2007). Il est aujourd’hui Consultant Free Lance.

♦ FIGAROVOX/ANALYSE – Invité d’Europe 1 ce lundi, Dalil Boubakeur a proposé d’utiliser des églises vides pour y célébrer le culte musulman. Pour Frédéric Saint Clair, le recteur de la Grande Mosquée de Paris devrait commencer par s’interroger sur l’islam rigoriste.

«Utiliser des églises vides pour servir au culte musulman». Cette proposition du recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, également président du controversé CFCM (Conseil français du culte musulman), risque encore une fois d’alimenter la polémique et d’hystériser un peu plus une société française en tension avec l’islam.


Pourtant l’homme est sympathique, et lorsqu’il aborde ce sujet, on perçoit un désir de ne pas brusquer, de ne pas choquer, de ne pas heurter. Il sait qu’il aborde une question délicate et sa volonté de rapprocher les deux religions, chrétienne et musulmane, est patente et très certainement sincère. Néanmoins, son approche, ainsi que l’ensemble de son propos, témoigne d’une incompréhension vis à vis des rapports entre islam et société française.

La société française est largement déchristianisée, et pourtant, l’idée que des musulmans puissent occuper des églises chrétiennes choque, voire agresse celle-ci. Non pas certaines communautés religieuses catholiques, lesquelles seraient probablement prêtes à ce dialogue interreligieux d’un genre nouveau, mais la population dans son ensemble, celle qui ne se rend qu’occasionnellement à l’église mais qui demeure attachée à ce patrimoine qu’elle veut continuer de considérer comme exclusivement chrétien. Il serait trop long de détailler ici les réticences de la société française à voir une partie de son patrimoine culturel «cédé» au culte musulman, car ces raisons sont multiples et parfois complexes, mais l’évidence de cette réticence est telle que l’on se demande pourquoi le représentant de l’islam de France – si l’on peut s’exprimer ainsi – a commis un tel impair. Pourquoi, parmi toutes les solutions qui s’offrent à lui, choisit-il de mentionner celle-ci en particulier, dont on sait qu’elle sera polémique?

La réponse à cette question est contenue dans les propos réguliers que tient Dalil Boubakeur ainsi que nombre d’intellectuels et membres de l’élite politico-médiatique, propos que l’on a pu entendre ou lire à de nombreuses reprises depuis quelques mois. Le discours officiel, lorsqu’il considère la communauté musulmane, a opéré la catégorisation arbitraire suivante: d’un côté, les partisans d’un islam radical, fanatique et potentiellement terroriste; de l’autre, les partisans d’un islam modéré, tolérant et désireux de vivre en accord avec les lois de la République.

On voit immédiatement où se situe le problème: cette grille de lecture manichéenne ne correspond pas à la réalité de la communauté musulmane de France; elle est donc incapable d’interpréter correctement les problématiques qui opposent islam et société française. Il manque un élément entre islam radical et islam modéré, un élément incontournable, visible médiatiquement, très présent sur les réseaux sociaux notamment, et qui est la clé qui permet de comprendre le malaise qui perdure au sein de la société. Un élément que l’on pourrait appeler «orthodoxie islamique». Le vrai problème qui clive la société française et la met sous tension est là, dans la nature de cette orthodoxie, et dans l’incapacité de l’élite à la reconnaître et même à la nommer.

Prenons un exemple: dans le discours officiel sur la place de la femme au sein de l’islam, on entend parler de l’amour du prophète pour les femmes, du lien qui a pu être noué au sein de la mystique islamique entre le divin et le féminin, de la place des femmes dans le Coran, du caractère stigmatisant du voile pour les femmes, etc. Mais au quotidien, les français constatent depuis de nombreuses années une multiplication démesurée de nombre de femmes voilées. Un accroissement de la taille des voiles et même la présence dans les centres villes de nikab, ce voile intégral interdit par la loi, portés le plus souvent impunément. À ceci s’ajoutent des revendications pour que le port de ce voile soit encore plus présent, au sein des crèches, dans les écoles, dans les administrations, allant ainsi à l’encontre non seulement du principe de laïcité, mais de toute l’histoire culturelle d’un pays et de la sensibilité d’une nation. L’éclosion des partis politiques musulmans s’inscrit dans cette même volonté de positionner la culture islamique à un niveau politique, c’est à dire de lui faire une place légitime sur le territoire français, reconnue et légale. Cent fois ces questions ont été mentionnées: horaires séparés dans les piscines; menus hallal dans les cantines; médecins de sexe féminin pour ausculter les femmes musulmanes dans les hôpitaux, etc. Ces revendications communautaristes traduisent le constat que les français font de l’expansion de l’islam en France, et ne sauraient en aucun cas entrer sous le vocable d’«islam modéré». Elles entrent sous celui d’«islam orthodoxe».

Le discours de Dalil Boubakeur, en prenant pour base un islam modéré, spirituel et tolérant, sans précaution oratoire supplémentaire, comme s’il représentait la totalité de la communauté musulmane de France à l’exception d’une poignée d’intégristes radicalisés, ouvre en réalité la porte aux revendications de cet islam orthodoxe et rigoriste. Et si l’islam modéré a toute sa place au sein de la République française, l’islam orthodoxe ne l’a pas. La question se pose donc: comment les autorités françaises et le CFCM pourront-ils pacifier la société civile vis à vis de la question de l’islam, maintenir une laïcité intelligente et respectueuse des cultes et faire une place à un islam réellement modéré s’ils demeurent aveugles – volontairement ou non – à l’existence de cette orthodoxie, à ses proportions et à ses revendications?

Frédéric Saint Clair
15/06/2015

Source : FIGARO VOX Vox Société

Correspondance Polémia – 27/06/2015

Image : Dali Boubakeur