Articles

« Conversations sur le Christianisme » Napoléon Bonaparte

«Conversations sur le christianisme» Napoléon Bonaparte

Print Friendly

Les éditions du Rocher nous prient de publier le communiqué de presse annonçant la parution d’une de leurs dernières publications. Nous nous y employons très volontiers :

« Conversations sur le christianisme » Napoléon Bonaparte, préface de Jean Tulard : un document-source qui présente un aspect méconnu de la personnalité de Napoléon.
Parution : 25 septembre 2014

♦ Napoléon a recomposé le catholicisme français. Au sortir de la tourmente révolutionnaire, il lui revient de pacifier les conflits religieux. L’incroyance est de mise dans la classe politique, mais il choisit de se faire sacrer empereur par le Pape Pie VII. L’athéisme règne dans les salons, mais il choisit de proclamer que la religion catholique, apostolique et romaine est la religion de la grande majorité des citoyens français.
L’Empereur est aussi celui qui utilise le rétablissement de la hiérarchie ecclésiastique pour encadrer les masses populaires : les évêques sont ses préfets en violet qui prêchent le catéchisme impérial et l’aident à contenir la foule. Mais qu’en est-il des sentiments religieux de ce Corse qui reçoit les derniers sacrements avant de mourir ?
Cet ouvrage reprend les mémoires de deux de ses proches qui ont recueilli les libres propos de son intimité. Ils nous révèlent une face inconnue mais importante d’un personnage complexe. (éditions du Rocher).


"Conversations sur le christianisme" Napoléon Bonaparte - Préface Jean Tulard

Conversations sur le christianisme Napoléon Bonaparte – Préface Jean Tulard

Entre 1836 et 1838, Robert-Antoine de Beauterne, ancien lieutenant de la chasse impériale à tir et porte-arquebuse de l’Empereur, fait chevalier de l’Empire en 1810, publie à Versailles où il était né en 1748, Mort d’un enfant impie dont la neuvième et dernière livraison s’intitulait Mort de Napoléon religieux. Malgré son titre la livraison ne retient guère l’attention. En 1840, le même Beauterne fait paraitre des Conversations religieuses de Napoléon, récit authentique de sa mort chrétienne – avec des documents inédits de la plus haute importance où il révèle, lui-même sa pensée intime sur le christianisme, et des lettres de MM. le cardinal Fesch, Montholon, Hudson Lowe, Marchant (sic) etc. Beauterne a cette fois bien choisi son moment, celui du retour des cendres de Napoléon ordonné par le roi Louis-Philippe. Développée en France depuis 1814, la légende noire de Napoléon est à bout de souffle, le mouvement romantique, Hugo en tête, s’étant emparé de Napoléon devenu le Prométhée moderne enchaîné sur son rocher de Sainte-Hélène. Un immense intérêt, une vive compassion entourent désormais sa figure. […]

Napoléon confie à Gourgaud le 28 janvier 1817 : «L’idée d’un Dieu est la plus simple : qui a fait cela ? Là est un voile que nous ne pouvons lever, c’est hors la perfection de notre âme et de notre entendement. C’est d’ordre supérieur. L’idée la plus simple est d’adorer le soleil qui féconde tout… La religion a été enfantée par les hommes.» Les notes de Bertrand, autre compagnon de l’exil, prises à chaud, à l’inverse des «récits» de Montholon, ne confirment pas toujours les assertions de Beauterne. Mais il est vrai que Napoléon recut, le 1er mai, l’extrême-onction de l’abbé Vignali. Toutefois Bertrand qui le consigne, a observé un peu avant : «l’Empereur paraît dire qu’il n’y a rien après.» Toutefois Bertrand avoue : «Il ne faut pas que l’on puisse dire que cet homme si fort, mourut comme un capucin.» Il semble que Napoléon ait voulu respecter les convenances. Première phrase de son testament : «Je meurs dans la religion catholique, apostolique et romaine dans le sein de laquelle je suis né il y a plus de cinquante ans.» La tradition est sauve. Pour le reste c’est l’affaire de sa conscience. (Jean Tulard de l’Académie des Sciences morales et politiques).

Napoléon Bonaparte, Conversations sur le christianisme, préface de Jean Tulard, éditions du Rocher, 25 septembre 2014,

Contact : Jean-Philippe Bertrand
jeanphilippe.bertrand@artege.fr – 01 40 46 54 30 / 06 12 56 67 15

Correspondance Polémia – 21/09/2014

Image : Napoléon à Sainte-Hélène