Articles

Hollande Stade

Contre les djihadistes, le pouvoir manque de courage

Print Friendly

Michel Geoffroy, essayiste.

♦ Les odieux attentats islamistes du vendredi 13 novembre suscitent une émotion justifiée partout dans le monde civilisé. Mais l’émotion ne suffit pas.

Le problème vient de ce que le pouvoir est justement passé maître dans le registre émotionnel. Pour nous faire oublier ses responsabilités. Et ses lâchetés.


Pleure comme une femme…

On nous ressort tout l’attirail habituel avec force deuil national, hommages, monceaux de fleurs, minutes de silence, « marches blanches », petites bougies, défilé de ministres et de président dans les médias.

Lesquels médias de propagande nous montrent la mobilisation totale de nos forces de police et de nos forces armées, état d’urgence oblige. Les hélicoptères vrombissent et les sirènes hurlent. Et François Hollande de revêtir une nouvelle fois les habits de « chef de guerre ». Mais, hélas, après le carnage.

« Pleure comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme », aurait dit selon la légende la mère de l’émir Boabdil lorsqu’il fuyait sa citadelle de Grenade, reconquise par les rois catholiques. Nous y sommes, mais les rôles semblent inversés.

Trois fautes cardinales

Le terrorisme de fanatiques religieux est, certes, toujours difficile à combattre, surtout quand les terroristes n’ont pas peur de mourir. Mais ce n’est pas une raison pour passer sous silence les fautes commises en la matière par l’oligarchie au pouvoir. Et en la matière trois fautes cardinales ont été commises.

1/ D’abord le déni

La première faute a été le déni.

Le pouvoir n’a eu de cesse de nier la réalité de la menace islamiste – pour des raisons idéologiques avant tout, afin d’éviter « tout amalgame » et de ne pas faire « le jeu du Front national », sans doute. On a les priorités que l’on peut.

Le pouvoir ne voyait donc que des « loups solitaires », des « isolés » ou des « déséquilibrés ». Il nous expliquait que ces isolés s’autoradicalisaient sur Internet, mais qu’ils étaient au départ de « gentils garçons ». Et quand ils fonçaient dans un marché de Noël en décembre 2014 aux cris d’Allouah Akhbar, ce n’était somme toute qu’un malheureux accident de la circulation sans signification.

Le déni a continué même après les attentats de janvier 2015 : on nous a expliqué alors que des fascistes à barbe s’en prenaient aux valeurs de la République. Le mot islamisme n’était que très rarement prononcé, sans doute pour faire écho aux dires du Conseil représentatif des musulmans de France selon lesquels les tueurs ne pouvaient se réclamer de l’islam. Une façon théologique de dire : « Circulez, il n’y a rien à voir ».

Cachez cette meute que je ne saurais voir

 Pour le pouvoir il ne pouvait y avoir aucune connexion entre islam et islamisme ni aucune relation entre islamisme et immigration.

Bien entendu, les alertes répétées des services de police, de gendarmerie ou bien les études de criminologues pointant la progression inquiétante de la radicalisation islamiste dans certaines franges de la population n’étaient pas prises en compte car contraires à la doxa officielle. De même qu’on n’a pas pris au sérieux l’annonce des islamistes se félicitant que des « combattants » entrent en Europe mêlés aux « réfugiés » que Mme Merkel aime tant et que nos gouvernants veulent installer partout.

On ne voyait officiellement que des « loups solitaires » : il n’était donc pas de bon ton de découvrir des meutes.

2/ Les Diafoirus du terrorisme

Le pouvoir s’est ensuite rendu coupable de naïveté.

Si le diagnostic est mauvais, on a peu de chances de soigner le malade. La façon, digne des médecins de Molière, dont on a traité la menace terroriste en constitue un nouvel exemple.

Le pouvoir en est d’abord venu à croire que la violence de ces individus résultait du sentiment d’exclusion dont ils s’estimaient victimes de la part de notre société, qui était donc finalement coupable.

Le remède bisounours serait donc constitué par la fameuse « politique de la ville », sur fond de laxisme judiciaire. Un fiasco de l’aveu même du premier ministre Manuel Valls qui, après 20 ans de cette politique, évoque un « apartheid social » dont seraient toujours victimes ces pauvres jeunes.

Le doigt dans l’œil

Le pouvoir a ensuite estimé que pour éviter la radicalisation islamiste il fallait encourager… le culte musulman – et bien sûr aussi former des imams républicains.

L’auteur de ces lignes se souvient d’ailleurs avoir entendu de hauts responsables de l’Etat en Seine-Saint-Denis se féliciter que les jeunes fréquentent de plus en plus les mosquées car cela allait, disaient-ils, contribuer à les re-socialiser ! Aujourd’hui ils sont exaucés : certains jeunes se sont tellement « socialisés » qu’ils sont partis faire leur service militaire… en Syrie, après s’être fait pousser la barbe.

Le pouvoir s’étant enfin mis dans la tête que tout provenait des prêcheurs de haine sur Internet, il s’est mis à pourchasser prioritairement les fantômes du « râââcisme », du « fâââschisme », de « l’islamophobie » et de « l’antisémitisme » sur le Net, mélangeant allégrement souverainisme, refus de l’islamisation et prêche islamiste – mélangeant volontairement débat politique, provocations juvéniles et réseaux terroristes.

3/ La lâcheté au pouvoir

Le pouvoir a commis une dernière faute : la lâcheté.

On ne peut pas combattre un ennemi qu’on ne désigne pas. Car si on ne le désigne pas, on ne risque pas de voir où il est, et on ne risque pas de l’intimider.

Seulement voilà : il faut avoir le courage de désigner son ennemi, ce qui constitue l’essence de la souveraineté politique. Or ce courage, le pouvoir ne l’a pas eu. Il reviendra aux historiens du futur d’en expliciter les raisons, et au Tribunal de l’Histoire d’en tirer les conséquences, le moment venu.

Le pouvoir a, au contraire, trouvé commode de nous faire croire que les poseurs de bombes et les tireurs à la kalachnikov étaient des abstractions philosophiques nébuleuses : la haine, le refus de l’autre, etc. : un bla-bla qui permettait de noyer les responsabilités de l’oligarchie dans la situation, en particulier son laxisme obsidional vis-à-vis de l’immigration, la destruction des frontières de l’Europe et l’instauration du chaos au Moyen-Orient.

Mais ce n’est pas le « refus des valeurs de la République » qui a tiré sur la foule du Bataclan. Ce n’est pas le rejet du « vivre-ensemble » qui a frappé au Stade de France. Ce sont des tueurs bien concrets qui se réclamaient de l’islam radical, qui ont été entraînés pour tuer et qui ont été aidés pour qu’ils commettent leur forfait sur un mode quasi militaire, dans notre pays.

Comme le font remarquer les criminologues, tel Xavier Raufer, la plupart des terroristes font en outre leur apprentissage dans le grand banditisme. Cela veut dire qu’on les connaît la plupart du temps déjà et donc qu’on aurait tout à fait la possibilité de les mettre hors d’état de nuire préventivement si on le voulait vraiment. Mais curieusement, vis-à-vis du terrorisme islamiste, le fameux « principe de précaution » ne trouve jamais à s’appliquer.

Parce que le pouvoir manque de courage.

Courage, bombardons !

« La France est en guerre », titrent les médias de propagande. Mais cette guerre, le pouvoir n’a ni l’envie ni les moyens de la conduire.

Car pour cela il faudrait désigner nos ennemis. Il faudrait reconnaître aussi que la guerre de civilisation prophétisée par Samuel Huntington est devenue réalité, chez nous au surplus : un effort bien au-delà des forces du pouvoir !

Le président de la République vient, certes timidement, de désigner Daesh. C’est un petit progrès.

Mais Daesh n’est aussi à sa manière qu’une entité abstraite ; et le nom même de Daesh, mal connu des Français, évite commodément d’en prononcer d’autres.

Cette entité n’est surtout qu’un conglomérat mal défini, sinon qu’il dispose curieusement des moyens militaires d’un pays moderne. Qui les lui fournit donc ? Secret Défense.

On va donc bombarder Daesh une fois de plus, ce qui persuadera les Français qu’on assure, comme avec Vigipirate, leur « sécurité ». Mais on bombardera quand même de haut et de loin. On nous promet aussi une « réponse forte » aux attentats terroristes.

Les djihadistes doivent en trembler d’avance. Comme les « marches » de janvier 2015 les ont fait reculer… de quelques mois.

Michel Geoffroy
16/11/2015

Correspondance Polémia – 17/11/2015

Image : François Hollande était au Stade de France vendredi soir pour un match amical de football France-Allemagne lorsqu’il a entendu une première détonation, puis une deuxième, avant d’apprendre qu’il ne s’agissait pas d’explosions accidentelles.