Articles

lCentenaire 2014 : le tweet surréaliste de l'Elysée

Centenaire 2014 : le tweet surréaliste de l’Elysée…

Print Friendly

La parade des élites élyséennes.

La 7e Compagnie à l’Elysée a encore frappé. Le niveau de dangerosité de la prestation était pourtant presque nul : aucun bonnet breton à l’horizon ; toutes les caractéristiques d’une inauguration de chrysanthèmes, somme toute assez fastoche. Bref, une chance infime de se prendre les pieds dans le tapis. Eh bien, cette chance-là, il l’a saisie, à bras-le-corps. Notre président s’est cassé la binette, étalé de tout son long sur Twitter à l’occasion de son discours d’ouverture des cérémonies de commémoration de la Guerre 14-18.


Tout commençait plutôt bien. Un peu d’emphase et de componction, comme en exigent les circonstances, de jolies figures de style, et les petites gâteries attendues pour faire plaisir aux copains, comme la « dette d’honneur » envers les anciennes colonies et la réhabilitation des fusillés pour l’exemple.

Et puis d’un coup, à 16h30, ce tweet surréaliste émanant du compte officiel de l’Elysée, censé rendre compte en direct de l’allocution du président :

Commémorer c’est souligner l’héroïsme discret du Résistant, saluer la dignité du Juste qui cache un Juif au péril de sa vie.

Stupeur ! Un peu comme si le compte officiel du pape, il y a une semaine, avait envoyé : « Joyeux Noël ! #Toussaint. » Avant que ne s’abatte sur la twittosphère un tsunami de rigolade. Certains demandent méchamment qui, de Leonarda ou de Nabilla, fait actuellement un stage dans le service « compte Twitter » de l’Elysée, ce qui est bien injuste pour ces deux petites qui ne sont sans doute pas ignares à ce point-là. D’autres s’essaient en se tenant les côtes à #FaisLhistoireCommeHollande ou #FaisTonHollandeEnHistoire : « Grâce au débarquement de Normandie lors de la bataille de Verdun, Napoléon repoussa Jules César », ou « Les Anglais ont arrêté Jeanne d’Arc à Varennes en 1789 et l’ont envoyée en exil à Sainte-Hélène où elle fut guillotinée », ou encore « Le sacrifice des poilus LGBT morts au champ d’honneur ne doit plus être occulté ».

Au point que de nombreux médias ont cru bon, ce vendredi, de voler au secours du président. Et le site de France Info, station promue ces derniers temps Croix-Rouge du gouvernement, de titrer avec le plus grand sérieux : « Pourquoi l’Elysée n’a pas confondu la Première et la Deuxième Guerre mondiale sur Twitter ». Une précision qui était donc nécessaire. Les twittos n’auraient rien compris, auraient sorti la phrase de son contexte, séparé ce twitt de ses petits camarades avec lesquels il retrouvait tout son sens. Et puis, 140 caractères c’est bien court pour faire une synthèse… Un peu d’indulgence, que diable, pour le twitteur gaffeur de l’Elysée. Mais si celui qui a cité n’y est pour rien, c’est donc celui qu’il a cité qui est en faute. Dont la copie est hors sujet.

Alors, oui, France Info a raison : Sans doute, comme le pape fait le distinguo entre Noël et la Toussaint, François Hollande sait faire la différence entre les deux guerres mondiales. Mais ce vent d’amateurisme permanent qui souffle sur l’Elysée, cette ambiance de farces et attrapes qui règne aux plus hautes instances de l’Etat n’est pas seulement vexante pour le président, elle l’est aussi pour le pays tout entier.

 Gabrielle Cluzel
9 novembre 2013

Source : Boulevard Voltaire

Voir aussi :

Français de souche : ne vous laissez pas voler la mémoire de 1914 !
Le silence du 11 novembre
« Ceux de 14 » : la mémoire de la Grande Guerre
Centenaire de 14 : halte aux voleurs de mémoire !

Correspondance Polémia – 11/11/2013

Image : la parade des élites élyséennes