Articles

Briser l'influence du gauchisme culturel

Briser l’influence du gauchisme culturel

Print Friendly

« C’est l’avenir d’une gauche républicaine et sociale, (…), qui est désormais en question. »

Ce qu’on appelle l’affaire Leonarda a fait apparaître une nouvelle fois l’opposition qui existe depuis longtemps entre une gauche politique et sociale et un gauchisme sociétal qui s’est approprié le magistère de la morale. Ce dernier accentue la coupure de la gauche avec les couches populaires et mine sa crédibilité. En refusant de rompre clairement avec ce courant, la gauche au pouvoir récolte les fruits amers de ce qu’elle a semé.


Des représentants du gauchisme sociétal appellent les lycéens à reprendre la lutte, multiplient les leçons de morale envers le gouvernement et un peuple considéré comme des « beaufs » fascisants. Par un paradoxe historique et la grâce électorale du Parti socialiste, certains, toujours prompts à jouer la société contre l’Etat, à considérer l’idée de nation comme xénophobe et ringarde, se retrouvent ministres et représentants de la nation. De nouveaux moralistes au pouvoir entendent éradiquer les mauvaises pensées et comportements en changeant les mentalités par la loi. Ils sont relayés par des militants et des associations qui pratiquent la délation, le lynchage médiatique et multiplient les plaintes en justice. La France vit dans un climat délétère où l’on n’en finit pas de remettre en scène les schémas du passé : « lutter contre le fascisme » toujours renaissant, « faire payer les riches » en se présentant comme les porte-parole attitrés des pauvres, des exclus et des opprimés de tous les pays du monde, en développant un chantage sentimental et victimaire contre la raison.

La confiance dans les rapports sociaux, la liberté d’opinion et le débat intellectuel s’en trouvent profondément altérés. Le chômage de masse, l’érosion des anciennes solidarités collectives et les déstructurations identitaires qui touchent particulièrement les couches populaires paraissent hors champ de ce combat idéologique entre le camp du progrès revisité et l’éternelle réaction. Des pans entiers d’adhérents, de sympathisants ou d’ex-militants ne se reconnaissent pas dans les camps ainsi tracés, tandis que le désespoir social gagne chaque jour du terrain. Ils désertent et s’abstiennent, quand ils ne sont pas tentés par les extrêmes pour exprimer leur protestation.

Dans une situation où les tensions s’exaspèrent, le cynisme et les calculs politiciens décrédibilisent la parole politique et la puissance publique. Quand l’Etat devient à ce point incohérent, la société se morcelle et le débat tourne à la confusion. Le plus surprenant en l’affaire est la légèreté avec laquelle on dénie cette réalité en pratiquant la langue de caoutchouc pour dire tout et son contraire avec aplomb.

Un pays en perte d’estime

La gauche au pouvoir est en panne de projet et de vision : elle n’en finit pas d’essayer tant bien que mal de réduire la dette et les fractures sociales et fait du surf sur les évolutions sociétales problématiques, en essayant de satisfaire les intérêts contradictoires de sa majorité et de ses clientèles électorales. La perspective difficile d’une inversion de la courbe du chômage, outre son caractère incertain, ne peut être le remède miracle au mal-être français. Les fractures sont à la fois sociales et culturelles. Le roman national est en panne, écrasé entre une version pénitentielle de notre histoire et un avenir indéterminé au sein d’une Union européenne qui pratique la dérégulation et ne parvient pas à maîtriser les flux migratoires.

Un pays qui ne sait plus d’où il vient et où il va perd l’estime de lui-même. Il faut aborder les questions qui dérangent en dehors des tabous et des invectives : quel rapport la gauche entretient-elle aujourd’hui avec la nation ? Les références éthérées à l’Europe et aux droits de l’homme ne peuvent tenir lieu de réponse à cette question ; l’attachement au modèle social ne peut suffire. Qu’en est-il de ce « cher et vieux pays » au sein de l’Union européenne et dans le monde ? La gauche devrait expliquer de façon cohérente et crédible le sens qu’elle donne désormais à la République face aux groupes de pression qui font valoir leur particularité ethnique, communautaire ou religieuse en considérant la laïcité comme discriminatoire.

La question n’est pas celle de maintenir à tout prix une majorité divisée sur des questions essentielles, mais de la crédibilité de la puissance publique et de l’unité du pays dans la période difficile qu’il traverse. Un tel enjeu suppose d’en finir avec la pratique de la « synthèse » et ses salmigondis, de trancher le nœud gordien entre l’angélisme et le sens de l’Etat qui enserre la gauche au pouvoir et l’entraîne vers la débâcle. L’affaire Leonarda en aura été l’occasion manquée. C’est l’avenir d’une gauche républicaine et sociale, attachée à l’état de droit, respectueuse des libertés d’opinion et du débat intellectuel, qui est désormais en question.

 Jean-Pierre Le Goff
Le Monde
24/10/2013

Jean-Pierre Le Goff est philosophe et sociologue.

Voir aussi :
Deux visions du peuple. Deux visions de la politique

Correspondance Polémia – 25/10/2013

Image : Leonarda