Articles

Souverainisme Britannique

Brexit : le souverainisme à la mode britannique

Print Friendly

Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie et chargé de cours aux HEC à Montréal. Ses travaux portent principalement sur le multiculturalisme, les mutations de la démocratie contemporaine et la question nationale québécoise.

♦ Alors que s’intensifie le débat autour de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, Mathieu Bock-Côté estime qu’à leur manière bien singulière, les Anglais partisans du Brexit défendent le véritable esprit européen. La table est mise, les Britanniques se prononceront le 23 juin sur leur sortie de l’Union européenne.
FIGAROVOX/CHRONIQUE –


Les cyniques ont déjà leur formule toute trouvée: les Britanniques envisagent d’autant plus librement de sortir de l’Europe qu’ils n’y sont jamais vraiment entrés. Il n’en demeure pas moins que la vie politique européenne tournera pour les prochains mois autour de ce débat fondamental: est-ce qu’un État est en droit de sortir d’une association politique qui était censée représenter un grand bond en avant dans l’histoire universelle? Est-il même en droit de définir selon ses intérêts nationaux spécifiques sa participation à une telle union?

Le sens de l’histoire, tel que l’interprétaient généralement les grandes figures de l’idéologie dominante, qui pousse à la dissolution des nations par le multiculturalisme et le globalisme, ne permettait pas cette prise au sérieux du fait national. Mais il semble que la liberté des peuples est encore capable de faire dévier l’inéluctable et que les grands processus historiques puissent se gripper quand la souveraineté s’en mêle. C’est d’autant plus vrai que la nation n’est pas une fiction idéologique, quoi qu’en pensent ceux qui y voient une construction sociale récente dans l’histoire du vieux continent, mais une réalité ancrée dans l’histoire. L’État-nation demeure l’horizon indépassable de la démocratie.

On peut reprendre la formule aujourd’hui à la mode: de quoi l’Europe est-elle le nom? Louis Pauwels, la grande figure historique du Figaro Magazine, au moment d’en appeler à voter contre Maastricht, en 1992, distinguait entre les européistes et les Européens. Les premiers, disait-il, s’attachaient à une chimère idéologique désincarnée qui n’avait d’européenne que le nom. Les seconds, en se portant à la défense des nations, défendaient la civilisation européenne à travers le cadre qui avait permis le développement de la liberté politique. Pauwels n’était pas le seul à penser ainsi, même si le souverainisme français de l’époque, qui ne portait pas encore ce nom, avait moins explicité sa vision de la civilisation européenne.

A sa manière, c’est cette distinction qu’a repris Boris Johnson, le maire de Londres, en contestant aux partisans de l’Union européenne la prétention à être les seuls défenseurs de l’Europe. Celui qui sera probablement la figure dominante du camp souverainiste, et qui lui donne un poids politique majeur, ne se laissera pas enfermer dans le mauvais rôle du Britannique insulaire seulement soucieux de cultiver son jardin. Il fait preuve d’un authentique cosmopolitisme. Il ne tolèrera manifestement pas l’étiquette d’europhobe que voudront lui coller ses adversaires et les commentateurs, qui ont décidé, en adoptant ce terme il y a quelques années, de psychiatriser la dissidence devant la construction européenne.

Le souverainisme britannique est particulier: à la différence des autres pays d’Europe occidentale, il n’est pas canalisé ni confisqué par une force politique populiste, ou du moins, étiquetée comme telle. On ne saurait sérieusement faire du petit parti eurosceptique UKIP un parti d’extrême-droite, quoi qu’en pensent ceux qui n’en finissent pas d’étendre la définition de ce terme. Mais surtout, le souverainisme est très présent au sein du Parti conservateur même si ce dernier, pour l’instant, demeure sous l’autorité de son chef. Évidemment, David Cameron ne saurait être défini comme un souverainiste au sens strict, mais les conditions qu’il a posées pour rester dans l’UE rappellent une chose: l’adhésion à l’Europe n’était pas pour lui inconditionnelle.

C’est une perle napoléonienne: un pays a la politique de sa géographie. Il ne peut s’en abstraire, même s’il n’en est pas prisonnier. C’est ce qui explique notamment que la Grande-Bretagne n’a jamais vu dans l’Union européenne autre chose qu’un grand marché auquel elle refusait son âme. La Grande-Bretagne appartient à la civilisation atlantique, et plus largement, à la civilisation anglo-saxonne. Pour Boris Johnson, la Grande-Bretagne serait plus forte délivrée des entraves communautaires. Elle renouerait avec une souveraineté lui permettant de conduire sa propre politique. À tout prendre, ses grands hommes politiques envisagent plus favorablement une éventuelle fédération des peuples de langue anglaise que d’unir son destin à l’Europe continentale.

La possibilité d’une séparation britannique obligera l’Europe à réfléchir à son identité profonde et à la nature du projet politique qu’on porte en son nom. Depuis le refus, en 2005, d’intégrer la référence aux racines chrétiennes de l’Europe dans la constitution européenne, c’est la vraie nature de la construction européenne qui s’est dévoilée. Elle entend moins constituer politiquement le vieux monde à travers un patriotisme de civilisation transcendant les nations sans les abolir, que bâtir une forme d’empire universel et humanitaire aux frontières indéfinies et prétendant embrasser théoriquement l’humanité entière. Cette posture suicidaire conduit inévitablement à un refus de l’idée même de frontière, puisque c’est la pluralité humaine qui est contestée.

La crise des migrants des derniers mois a rappelé une chose: non seulement l’Europe n’a pas vraiment de frontières, mais elle n’en veut pas non plus. Elle aurait l’impression de trahir sa vocation humanitaire en distinguant entre l’intérieur et l’extérieur de la communauté politique. Ce n’est pas le moindre des paradoxes que de constater que plus la construction européenne avance, et plus elle croit devoir dissoudre la civilisation européenne. Dans le monde idéal des européistes, la citoyenneté devrait recouper l’humanité entière et la logique des droits de l’homme définir exclusivement la vie politique. À terme, cette philosophie politique désincarnée provoque la révolte des peuples.

A sa manière bien singulière, la Grande-Bretagne se porte peut-être à la défense, en ce moment, du véritable esprit européen. Quel que soit le résultat du référendum, qu’on ne saurait sérieusement prophétiser plusieurs mois à l’avance, il aura au moins eu une vertu: rappeler que le politique peut surgir à tout moment dans la vie des peuples et jeter à terre les constructions idéologiques aussi artificielles qu’autoritaires. L’Europe ne saurait traiter ses peuples comme des provinces vassales. Parce qu’il redonne vie au politique et permet aux peuples de se le réapproprier, ce référendum représente une vraie bonne nouvelle dans la vie démocratique de l’Europe.

Mathieu Bock-Côté
24/02/2016

Source : FIGAROVOX/CHRONIQUE

Correspondance Polémia – 4/03/2016

Image : Le souverainisme britannique