Articles

« Assimilation / La fin du modèle français » de Michèle Tribalat

« Assimilation / La fin du modèle français » de Michèle Tribalat

Print Friendly

Note de lecture de Claude Lorne

« Sournoisement, le terme “intégration” a été phagocyté : son sens est devenu le contraire de ce qu’il était. Aujourd’hui, il désigne le maintien en l’état de la religion et de la culture de la communauté d’immigrés et donc la protection contre l’influence de la société qui l’entoure et des individus rebelles au sein de la communauté d’immigrants elle-même.*»

De l’assimilation des immigrés, les gouvernements successifs qui, toutes obédiences confondues, se montrèrent impuissants à mener à bien cet ambitieux projet, sont insidieusement passés à l’intégration, puis à la simple insertion, qui n’exige aucun effort des allogènes. Comment en est-on arrivé là ? Les causes – et les coupables – sont multiples, mais pour un même résultat : un multiculturalisme de fait, doublé d’une préférence étrangère évidente, comme le montre Michèle Tribalat dans son dernier livre, Assimilation / La fin du modèle français. (CL)


La France l’a prouvé pendant des siècles : une nation peut assimiler des minorités quand celles-ci lui sont proches racialement et religieusement. La chose est autrement difficile quand ces minorités sont allogènes, devenues si nombreuses qu’elles deviennent des communautés marquées de surcroît par une natalité et une religiosité particulièrement dynamiques. A ces minorités on ne leur présente plus, d’ailleurs, que le visage défiguré et systématiquement noirci d’un pays d’accueil battant continuellement sa coulpe pour les « crimes » commis dans un passé récent, colonisation et collaboration (forcée, après la défaite écrasante de 1940) avec le vainqueur national-socialiste.

Statistiques sur l’immigration : un maquis… soigneusement entretenu

Comment, dès lors, les millions d’immigrés qui sont « chez eux chez nous » (cf. François Mitterrand) seraient-ils tentés d’adhérer au « modèle français » et de s’identifier à ces « de souche » que notre auteur préfère appeler « Français au carré » ?

Dans la première partie de son livre, parfois si technique qu’elle l’éclaire d’encadrés et d’un résumé à la fin de chaque chapitre, la démographe Michèle Tribalat s’attaque au « maquis inextricable » des statistiques : l’INED, l’INSEE et Eurostat se complaisent en effet dans un flou trop durable pour être involontaire, comme s’il s’agissait pour eux, et selon les cas, de minimiser la présence étrangère afin de ne pas effrayer l’électeur ou de valoriser au contraire la « deuxième  religion de France » pour légitimer les abandons de souveraineté qu’on lui accorde. Pis encore, ministre de l’Intérieur, Claude Guéant évoquait « cinq ou dix millions de musulmans », approximation inadmissible dans la bouche d’un homme passant pour le mieux informé de France.

L’islam, marqueur identitaire

Ce qui est sûr – et inquiétant – est que, face à la sécularisation croissante (et encouragée en haut lieu) des « natifs au carré »,  l’islam, dont l’étude constitue la deuxième partie du livre, devient un marqueur identitaire de plus en plus prégnant pour les deuxième et troisième générations d’immigrés venus du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne, de Turquie et du Pakistan. Michèle Tribalat souligne le retour à l’endogamie et à la pratique mahométane dans ces milieux, ce qui entraîne une relance de leur démographie. On enregistrait ainsi en 2008 « 115.000 naissances d’enfants potentiellement musulmans… Un peu plus de 14% de l’ensemble des naissances. »

Ceci relativise les cocoricos sur la supériorité de la natalité « française » en Europe et explique que « la population musulmane [soit] beaucoup plus jeune », avec cette conséquence gravissime que si les musulmans, qui « ont été 86% à voter pour François Hollande au deuxième tour […] ne pèsent pas encore autant que les Noirs aux Etats-Unis dont le vote est lui aussi très polarisé (93% des Noirs américains ont voté pour Barack Obama en 2012) », ils pourraient, « avec le temps, jouer un rôle équivalent » dans la politique française.

Explosion des sauvageons, hallalisation galopante

Or, en Seine-Saint-Denis par exemple, « un habitant âgé de 18-50 ans sur trois est musulman » et affiche clairement la couleur, réclamant mosquées, régime hallal dans les écoles, respect du ramadan et horaires spécifiques pour les femmes dans les piscines et gymnases, alors que les résidents s’y déclarant catholiques ne sont que 15%, contre 35% de « sans religion ». Mais si le « 9-3 » est emblématique de l’échec d’une assimilation fatalement vouée à l’échec par l’ « immigration-invasion » (cf. Valéry Giscard d’Estaing) qu’on a laissée déferler, bien d’autres départements risquent, eux aussi, de basculer.

Dans son excellent livre Fractures françaises, que nous avions chroniqué ici en décembre 2010*, le géographe Christophe Guilluy signale en effet que dans le Rhône, « à Vaulx-en-Velin, la part des jeunes d’origine étrangère est passée de 41 à 61% » et qu’elle « dépasse en moyenne les 40% dans les régions du Grand Ouest ».

D’où la multiplication et l’impudence grandissante des « sauvageons » et l’ « hallalisation » galopante de la France profonde, avec érection de mosquées et construction d’abattoirs 100% rituels. Ainsi à Guéret (Creuse) où, comme l’écrivait le quotidien Présent le 9 octobre 2013, des associations de défense animale s’opposent à un projet d’abattoir géant, d’un coût de 5 millions d’euros, où seraient sacrifiées puis débitées chaque année 6.000 tonnes d’ovins et de vaches limousines, avec la bénédiction du préfet, du maire socialiste et de la communauté d’agglomération du Grand Guéret.

2003-2013 : 61 milliards d’euros pour les banlieues !

Car les décideurs sont en pointe dans cette dénationalisation qu’étudie dans la troisième partie de son livre Michèle Tribalat, qui se déchaîne contre « l’égoïsme et la condescendance des élites » trahissant en toute circonstance les « Français au carré ». Ces derniers, abandonnés face aux nouveaux occupants, n’ayant d’autres solutions que de faire le dos rond ou de s’exiler vers de très lointaines communes péri-urbaines où, espèrent-ils en votant massivement Front national, ils pourront préserver leur mode de vie et leurs traditions, même s’ils risquent d’y vivre petitement. Car la générosité publique ne profite qu’aux « banlieues populaires », nouvelle appellation des zones de non-droit – ou de droit islamique.

Christophe Guilluy citait ainsi le cas de la « cité ultra-sensible de Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne, théâtre d’émeutes endémiques), les Hautes-Noues ». Alors même, précisait-il, que le revenu par habitant y est « de 20% supérieur à celui de Verdun », « le programme de réhabilitation dont bénéficie le quartier des Hautes-Noues prévoit une dotation de 12.450 euros par habitant tandis que le contrat de ville mis en place dans les quartiers de Verdun n’alloue que 11,80 euros par habitant ».

A son tour, Michèle Tribalat, qui cite souvent Fractures françaises, déplore qu’on ait « dépensé, dans le cadre du plan de rénovation urbaine mis en place [en 2003] par Jean-Louis Borloo 600 millions d’euros pour rénover le Plateau, quartier de Clichy-sous-Bois/Montfermeil, soit une dépense d’environ 40.000 euros par habitant ». Elle aurait pu citer aussi Nicolas Sarkozy qui, dans Ouest-France du 27 mars 2012, se vantait en ces termes : « Nous avons investi 43 milliards d’euros avec le plan ANRU et j’ai annoncé un deuxième plan de 18 milliards pour continuer ce travail », grâce à quoi « les quartiers, aujourd’hui, sont plus sûrs, plus agréables à vivre, moins éruptifs qu’il y a dix ans ».

Et si l’on parlait du racisme antifrançais ?

« Plus sûrs et plus agréables », vraiment ? Pas pour les autochtones, en tout cas, dont, en 2008, 13% avaient été « la cible d’insultes, de propos ou d’attitudes racistes. Soit  à peu près comme les enfants d’immigrés originaires du Maghreb, du Sahel ou de Turquie (13%) ». « Force est de conclure que, dans les quartiers très défavorisés, tout le monde ou presque est logé à la même enseigne », constate Michèle Tribalat qui estime que « ces données éclairent d’un autre jour la question hautement polémique de ce que l’on a appelé le “racisme antifrançais” », avant d’ajouter avec une ironie amère : « Heureusement, si l’on peut dire, les associations ont généralement décidé que ce racisme-là n’existe pas, ce qui leur facilite la tâche et leur évite des conflits moraux. Même si ces associations concentraient leurs actions sur les quartiers les plus défavorisés, elles auraient encore près de 90.000 cas de natifs au carré âgés de 18 à 50 ans sur les bras. Sans compter les aînés et les enfants donc. »

La ravageuse hypothèque des « heures les plus sombres de notre histoire »

Et la démographe de s’indigner en fustigeant les élites – gouvernants, intellectuels, journalistes – qui, avec leur incessant rappel du passé, concourent à priver les « indigènes de ce pays » de toute défense immunitaire : « Coupables, nous devons l’être de manière systématique à titre préventif. Nous ne pouvons nous faire confiance… Les heures les plus sombres de notre histoire menacent à chaque instant. Cette moralisation à sens unique revient à diviser la France selon une ligne ethnique avec une “idéalisation de l’Autre” d’un côté et une “dépréciation de soi” de l’autre côté »… « C’est aussi une forme de narcissisme qui installe l’Autre dans une position supérieure a priori, bien piètre façon de faire comprendre le principe d’égalité aux nouveaux venus. C’est une inversion complète de ce que le modèle d’assimilation nécessite de la part des natifs au carré : confiance en soi, conviction que leur ressembler […] peut être ce qui peut arriver de meilleur aux nouveaux venus. »

Bruxelles : désarmement moral obligatoire

A l’heure où, dans une démonstration d’ « inversion complète », justement, la chaîne ARTE flétrissait « l’Europe meurtrière » à propos du naufrage de Lampedusa (dont sont seuls responsables et coupables les forcenés au pouvoir dans la Corne de l’Afrique), on ne peut qu’approuver Michèle Tribalat. Mais, à supposer même que nous retrouvions la confiance en nous qui nous fait désormais tellement défaut, et que nous abordions l’assimilation avec volontarisme, la Commission et le Conseil européens nous le permettraient-ils ?

Dernière partie du livre, l’étude de la politique migratoire suivie par Bruxelles, et imposée aux Vingt-Huit, est accablante, à croire que le but ultime de l’Eurocratie en réalité mondialiste est de désarmer moralement notre continent et de le livrer aux envahisseurs de tous horizons sous prétexte de la richesse de la diversité de leur côté et du déclin démographique du nôtre. Comme s’il fallait compter sur les Somaliens et les Roms aujourd’hui adolescents pour « payer nos retraites » et maintenir intacts le génie et le dynamisme économique de l’Europe !

Mme Tribalat revient de très loin, elle qui cosignait en 1998 aux éditions de La Découverte, avec le politologue Pierre-André Taguieff, un ouvrage intitulé Face au Front national : arguments pour une contre-offensive, où elle réfutait avec virulence les conclusions du rapport de Pierre Milloz sur le coût de l’immigration en France. Mais l’explosion de cette immigration, les privilèges exorbitants dont celle-ci bénéficie par crainte d’émeutes ethniques et l’implantation corrélative de l’islam l’ont fait réfléchir. Depuis, elle a écrit Les yeux grands fermés : l’immigration en France (Denoël, 2010) puis préfacé le remarquable livre de Christopher Caldwell, Une révolution sous nos yeux (éd. Le Toucan, 2011) **.

Espérons que ses derniers ouvrages seront lus par les intellectuels, ses pairs. Et que ceux-ci sortiront de cette lecture les yeux grands ouverts.

 Claude Lorne
8/10/2013

 Michèle Tribalat : Assimilation/ La fin du modèle français, Ed. du Toucan, sept. 2013. 350 pages avec très copieuse bibliographie (mais pas d’index).

Note :

(*) Jens-Martin Eriksen, Frederik Stjernfelt, Les pièges de la culture. Les contradictions démocratiques du multiculturalisme, MétisPresses, 2012, p.312. In Assimilation/ La fin du modèle français, p. 11.

Voir aussi :

* « Fractures françaises à la guerre civile ?
** Une révolution sous nos yeux – Comment l’islam va transformer la France et l’Europe » de Christopher Caldwell (1/2)
Tribalat, la démographe rebelle

Et la brochure de Polémia
Immigration : l’illusion de l’intégration

Correspondance Polémia – 12/10/2013

Le livre peut-être commandé à www.livresenfamille.fr

Image : 1re de couverture