Articles

25 mai : Réunion de vigilance halal à Paris

25 mai : Réunion de vigilance halal à Paris

Print Friendly

Polémia a rencontré le docteur de Peretti.

Les Français mangent de plus en plus halal : sans le vouloir et sans le savoir. Face à ce phénomène où le sectarisme des religieux fait bon ménage avec la cupidité des marchands et la lâcheté des politiques, le docteur de Peretti a créé l’association Vigilance halal. Celle-ci tiendra ses états généraux de la protection du consommateur et du bien-être animal, samedi  25 mai à Paris. Voici l’interview que le docteur de Peretti a donnée à Polémia.


Docteur, Vigilance halal organise sa première manifestation samedi 25 mai, pouvez-vous nous en dire plus ?

Vigilance halal est une jeune association dont le but est d’obtenir dans un premier temps un étiquetage informatif et ensuite une interdiction de ces pratiques. Cette manifestation a pour but une approche pluridisciplinaire basée sur une analyse rationnelle, scientifique, juridique et philosophique, loin des aspects émotionnels et de récupération politique qui ont brouillé le débat.

Il y aura donc surtout des scientifiques et des juristes.

Quel est le pourcentage d’animaux abattus halal en France et comment un tel chiffre s’explique-t-il ?

Plus de 50% des viandes sont issues d’animaux abattus selon ce « rite » et cela s’explique par la conjonction de l’appât du gain devant un marché porteur (se souvenir de la phrase « les capitalistes vendront la corde pour les pendre ») et une poussée communautariste de l’islam radical.

En quoi cette pratique est-elle condamnable ?

Elle contrevient aux principes de notre société et aux lois qui en découlent : respect de l’animal, règles d’hygiène et donc du principe de précaution), tromperie du consommateur, principe de laïcité par le rétablissement d’une dîme et, enfin, ghetto alimentaire.

Et quels sont les risques sanitaires ?

Ils sont énormes et aggravés par la « massification » de la production et de la distribution. La section large du cou jusqu’aux vertèbres entraîne la section de la trachée et de l’œsophage (interdits par la réglementation…) et des régurgitations du contenu stomacal viennent souiller l’énorme plaie, ainsi que des contaminations provenant de la peau. La bactérie Esherichia Coli, en embuscade, en profite pour s’installer à son aise et provoque de nombreux cas de gastro-entérites hémorragiques sur des enfants avec de graves séquelles rénales, et des cas mortels. Les autorités sanitaires sont parfaitement au courant ; elles ont pris une directive « steaks hachés » recommandant la cuisson « à cœur » plutôt que d’agir sur la cause.

Quels types d’actions l’association Vigilance halal va-t-elle conduire ?

Actions de communication et d’information, de mise en réseau des associations qui œuvrent en ordre dispersé, actions juridiques et judiciaires, contacts avec les parlementaires pour faire évoluer la législation.

 

Comment y participer et se rendre à la réunion du 25 mai ?

Inscription. Il faut s’inscrire obligatoirement :

entrée 6 euros

Les horaires : 9 h à 17 h, le lieu exact sera communiqué aux inscrits en temps utile.

Polémia
2/05/2013

Voir aussi :

Sécurité sanitaire ou abattage rituel, il faut choisir !
Abattage conventionnel garanti
Halal/Casher : qu’en pensent les moutons ?
Le Bobard par euphémisation : « De la boucherie traditionnelle au halal, passage de témoin en douceur »
Tout halal : la dictature des minorités religieuses et des marchands
« Garanti non halal »: l’affichage est possible immédiatement !
Tout halal ? Un abattage contestable – Risque sanitaire
Proposition de loi «visant à améliorer l’information du consommateur quant au mode d’abattage des animaux»
Halal : intolérance islamique et société marchande
Le Conseil français du culte musulman : une influence grandissante sur les autorités françaises
Obésité, banalisation du goût et hallalisation (« Polémia » du 10/06/2010)

Image : variation sur affiche « Arrêtons cette boucherie »
Crédit photo : Fondation Brigitte Bardot